Tag Archives: drug consumption room

La ville vécue des usagè.re.s de drogue marginalisés de Bordeaux

Dans ce billet de blog, je vous présente les premiers résultats issus de neuf cartographies émotionnelles réalisées auprès de consommateur/ices de drogues marginalisé.e.s rencontrés au CAARUD de La Case à Bordeaux. Les entretiens semi-directifs d’une heure en moyenne ont été menés par Roxane Scavo avec sept hommes et deux femmes qui ont dessiné des cartes mentales de leur espace de vie et émotions associées à ces lieux.

Suite à ces entretiens et à leur analyse nous avons réalisé un collage de citations des cartes dessinées et des transcriptions d’entretiens. Ce collage, préservant l’anonymat, présente une visualisation d’ensemble des vécus urbains des usagè.re.s de drogues marginalisés à Bordeaux et des émotions associées aux lieux habités, fréquentés, aux pratiques et usages de la ville, aux acteurs rencontrés et aux trajectoires.

La ville vécue des usagèr.e.s de la CASE à Bordeaux
Collage : Roxane Scavo et Mélina Germes

Continue reading

Die ideale Stadt der Drogenkonsument*innen in Frankfurt

Workshop „Partizipatives Mapping“ in Frankfurt
„Was ist unser ideales Viertel?“
Sichtweisen von Drogenkonsumierenden im Frankfurter Bahnhofsviertel

Luise Klaus, Anna Dichtl, Daniela Jamin
Christina Padberg, Aaron Zielinski
DRUSEC Projekt, Mai 2020, Frankfurt a.M.

Im Rahmen der Workshops haben wir gemeinsam mit Drogenkonsument*innen aus der Drogenszene in Frankfurt Karten zu drei verschiedenen Themenbereichen entwickelt. Ziel der Workshop ist es, die Probleme und Herausforderungen der Menschen im urbanen Raum zu erkennen und gemeinsam (stadtplanerische) Lösungsansätze zu finden. Um dies zu erreichen, haben wir an drei aufeinanderfolgenden Tagen je zwei Stunden lang die Themen städtische Wohnungs-, Drogen-, und Sicherheitspolitik in Frankfurt anhand des Bahnhofsviertels behandelt. Am Ende stehen thematisch und farblich unterschiedliche Karten, die wir – die wissenschaftlichen Mitarbeiter*innen des Projektes – im folgenden Bericht auswerten.

Bericht Herunterladen (PDF)

Continue reading

Die ideale Stadt der Konsument*innen in Berlin

1. und 2. Berliner Partizipativer Mapping-Workshops

„Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“

Sichtweisen von deutschsprachigen Klient*innen in Berlin
(Nord-Neukölln, Kurfürstenstraße und Leopoldplatz)

Mélina Germes, Francesca Guarascio
sowie Luise Klaus und Christian Herrgesell
Projekte DRUSEC und NUDRA – März 2020, Berlin

Die zwei Workshops „Partizipatives Mapping: Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“ sind durch eine Kooperation der Projekte DRUSEC und NUDRA[1] entstanden.

Der erste Workshop fand im August 2019 in Nord-Neukölln, hauptsächlich mit männlichen Konsumenten statt. Daher haben wir ein zweiten Workshop in November 2019 in Schöneberg organisiert, mit Frauen.

Im Rahmen der Workshops entwickeln wir gemeinsam mit Drogenkonsument*innen aus der Drogenszene in Berlin Karten zu fünf verschiedenen Themenbereichen. Ziel der Workshop ist es, die Probleme und Herausforderungen der Menschen im urbanen Raum zu erkennen und gemeinsam (stadtplanerische) Lösungsansätze zu finden. Um dies zu erreichen, haben wir an fünf aufeinanderfolgenden Tagen je zwei Stunden lang die Themen städtische Wohnungs-, Drogen-, Gesundheits-, Mobilitäts- und Sicherheitspolitik in Berlin behandelt. Am Ende stehen fünf thematisch und farblich unterschiedliche Karten, die wir – die wissenschaftlichen Mitarbeiter*innen des Projektes – im folgenden Bericht auswerten.

Bericht herunterladen (PDF, 6 Mo)

Continue reading

1. Berliner Partizipativer Mapping-Workshop

Edit: Die Ergebnisse dieses Workshops und andere Fallstudie werden im Rahmen einer Ausstellung in Berlin ab den 22.04.2020 präsentiert [VERSCHOBEN]

„Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“

Sichtweisen von deutschsprachigen, männlichen Klienten in Berlin
Nord-Neukölln und darüber hinaus.

Dr. Mélina Germes, MA. Luise Klaus, M.Sc. Francesca Guarascio, Dipl.-Pol. Christian Herrgesell
Februar 2020, Berlin

Der Workshop „Partizipatives Mapping: Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“ ist durch eine Kooperation der Projekte DRUSEC und NUDRA[1] entstanden. Im Rahmen des Workshops entwickeln wir gemeinsam mit Drogenkonsument*innen aus der Drogenszene in Berlin Karten zu fünf verschiedenen Themenbereichen. Ziel des Workshops ist, die Probleme und Herausforderungen der Menschen im urbanen Raum zu erkennen und gemeinsam (stadtplanerische) Lösungsansätze zu finden. Um dies zu erreichen, haben wir an fünf aufeinanderfolgenden Tagen je zwei Stunden lang die Themen städtische Wohnungs-, Drogen-, Gesundheits-, Mobilitäts- und Sicherheitspolitik in Berlin behandelt. Am Ende dieser produktiven Woche stehen fünf thematisch und farblich unterschiedliche Karten, die wir – die wissenschaftlichen Mitarbeiter*innen des Projektes – nun auswerten und zu einer Übersichtskarte zusammenfügen. Continue reading

Emotional Mapping – Towards a geographical explanation of drug use

Luise Klaus & Mélina Germes
“Emotional Mapping. Towards a geographical explanation of drug use”

In: Kaló, Zsuzsa; Tieberghien, Julie, Korf, Dirk J. (Eds.), Why? Explanations for drug use and drug dealing in social drug research. Pabst Science Publishers, 2019.

 Abstract

In Europe, most open drug scenes have similar spatial and social characteristics, especially in the growing dynamic of gentrification. This may potentially marginalise more drug users in public spaces. The cities face the same challenges in terms of governance. Within a perspective rooted in critical cartography and social geography, we propose emotional mapping as a method of conceiving urban lived spaces of drug users in European cities, with the aim of considering marginalised drug users as the subjects of their narratives and spatial representations. The method allows a complex analysis of the spatial experiences of urban space. It shows how the emotional appropriation of space by drug users is embedded in the structural socio-spatial exclusion phenomenon in Europe. Continue reading

Nos cas d’étude

Le projet DRUSEC compare les mesures mises en place dans des villes en France (Bordeaux, La Rochelle ) et en Allemagne (Berlin, Francfort, Nuremberg, Munich, Hambourg)

Echec de l’approche sécuritaire

Depuis les années 1970 en Europe, les politiques publiques ont fait un enjeu de sécurité de la consommation des drogues illégales dans l’espace public. Au nom du sentiment d’insécurité des résidents, les polices ont été chargées d’évincer les consommateurs et consommatrices. Les scènes ouvertes de la consommation se sont déplacées dans les quartiers voisins, et suite à la répression, les conditions sanitaires sont devenues pires, entraînant contaminations, morts et posant un vrai problème de santé publique. Les résidents ne sont rassurés qu’à court terme et dans un seul quartier.

Une sécurité durable par la réduction des risques

La sécurité urbaine peut être durablement améliorée seulement en prenant en compte les difficultés d’addiction, liées au logement, au travail, à l’accès au soin. Evictions et criminalisations renforcent la précarité au sein des scènes ouvertes. Dans les pays comme l’Allemagne (Hesse, Berlin) où la réduction des risques est la plus poussée, avec de nombreuses salles de consommation, police et travailleurs sociaux collaborent étroitement et en harmonie – contrairement à ce que nous avons observé en France.

Téléchargez le poster (PDF)

Identifier les besoins en réduction des risques à Berlin

Au coeur de la fabrique institutionnelle des savoirs spatiaux

Dans le cadre du projet DRUSEC je réalise des enquêtes à Berlin autour des salles de consommation à moindre risque, en travaillant en collaboration avec l’équipe du projet NUDRA, chargé par le Land de Berlin d’un diagnostic et de recommandations de bonnes pratiques – et devant mettre en œuvre, entre autres, des méthodes cartographiques. Continue reading

La réduction des risques à Bordeaux

Une implantation ancienne des dispositifs de réduction des risques

J’étudie au sein du projet DRUSEC comment la mise en œuvre des dispositifs de réduction des risques liés à la consommation de drogue (RDR) dans l’espace participe à fabriquer la ville. La fabrication de la ville est le fait de la conjoncture de plusieurs éléments dont l’urbanisme, les pratiques habitantes, les pratiques institutionnelles et les discours sur la ville. Les principales mesures de mise en œuvre de la politique de RDR en France, qui se développe depuis les années 90 suite à l’épidémie de sida, se fait principalement via les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) et les CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques des Usagers de Drogues).

Bordeaux est une ville du sud-ouest de la France qui compte 250 000 habitants intra-muros et 775 000 pour sa métropole. C’est une ville étudiante et touristique, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et dont l’attractivité ne faiblit pas depuis le début des années 2000. Comme dans toutes les grandes métropoles, on y trouve de la drogue : des lieux de vente et de consommation de stupéfiants mais également une consommation d’alcool dans les espaces publics assez importante, en raison notamment de sa population étudiante.

Une des associations des RDR à Bordeaux, le CEID (Comité d’Étude et d’Information sur la Drogue et les addictions), œuvre depuis 45 ans auprès des usagers, ce qui fait de cette ville un lieu où l’expérience et l’expertise est particulièrement précieuse pour le projet DRUSEC qui mène une recherche appliquée. Une des autres raisons du choix de cette ville est qu’elle devait être un des lieux d’expérimentation d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR). Essayer de comprendre pourquoi celle-ci n’a pas vu le jour reste une question intéressante et fera l’objet d’un autre billet. Après une mise en contexte rapide, je présenterai les deux principales structures de RDR à Bordeaux : le CEID et la Case. Continue reading