Tag Archives: drugs

VIDEO – “Alcool et drogue dans les relations affectives ou sexuelles : transactions, consentements, zones grises ?”

1re des Journées Drogues, Genre, ville : “Sex, Drugs and the City”

Cette conférence est l’occasion d’aborder le rôle de la consommation de psychotropes dans la sexualité, et de questionner la façon dont les espaces urbains (des espaces domestiques – de l’intimité du couple à la fête privée ; aux espaces de sociabilité nocturne) sont impliqués et transformés par ces pratiques.


URL: https://www.youtube.com/watch?v=j8G6IjP4ebY

Sarah Perrin (CED) : Couple et drogues. Influences mutuelles du couple, des rapports de genre et des ventes, usages et achats de substances illicites.
Alexia Boucherie (CED) : L’usage de drogues comme amplificateur des “zones grises” dans le consentement sexuel ? Éléments de réflexions sur la sexualité de jeunes français-e-s dans le contexte de festivités privées
Laurent Gaissad (EVCAU, SASHA) : Du circuit festif au chemsex : médicalisation et confinement de la sexualité gay.

Modération : Mélina Germes
Organisation : Mélina Germes, Jenny Künkel, Emmanuel Langlois, Sarah Perrin et Roxane Scavo – Projets Governing the Narcotic City (www.narcotic.city) et DRUSEC (www.drusec.hypotheses.org). Laboratoires PASSAGES et CED.
Captation et montage: Association Raffut, Bordeaux.

La ville vécue des usagè.re.s de drogue marginalisés de Bordeaux

Dans ce billet de blog, je vous présente les premiers résultats issus de neuf cartographies émotionnelles réalisées auprès de consommateur/ices de drogues marginalisé.e.s rencontrés au CAARUD de La Case à Bordeaux. Les entretiens semi-directifs d’une heure en moyenne ont été menés par Roxane Scavo avec sept hommes et deux femmes qui ont dessiné des cartes mentales de leur espace de vie et émotions associées à ces lieux.

Suite à ces entretiens et à leur analyse nous avons réalisé un collage de citations des cartes dessinées et des transcriptions d’entretiens. Ce collage, préservant l’anonymat, présente une visualisation d’ensemble des vécus urbains des usagè.re.s de drogues marginalisés à Bordeaux et des émotions associées aux lieux habités, fréquentés, aux pratiques et usages de la ville, aux acteurs rencontrés et aux trajectoires.

La ville vécue des usagèr.e.s de la CASE à Bordeaux
Collage : Roxane Scavo et Mélina Germes

Continue reading

CfP “Drug places between knowledge and representations”

Journal Drug and Alcohol Today

Guest Editors:

Mélina Germes, Bernd Werse & Marie Jauffret-Roustide

The aim of this special issue on drug places is to focus on the spatiality of drug and alcohol practices and policies, in order to question how researchers do explicitly or implicitly spatialise practices and policies.

More Infos: https://www.emeraldgrouppublishing.com/journal/dat/drug-places-between-knowledge-and-representations

Continue reading

La cartographie émotionnelle: un outil pour le milieu de la prévention, de la réduction des risques et du soin ?

Le premier objectif du projet DRUSEC est de produire des connaissances sur les politiques urbaines de la drogue, les représentations spatiales, les savoirs spatiaux et leurs enjeux. Le deuxième objectif est de faire bénéficier les professionnels de la réduction des risques, du soin et de la prévention, de la recherche méthodologique qui a eu lieu dans le projet. Ce billet de blog présente le travail mené au sein du projet DRUSEC par Roxane Scavo et Mélina Germes avec des professionnels de la réduction des risques, de la prévention des conduites à risques et du soin lié aux addictions de Bordeaux et de La Rochelle. Continue reading

Drogue et sécurité à Bordeaux : des mesures à destination des résidents et des consommateurs

Introduction

Dans le cadre du projet, nous sommes partis du constat que la drogue et l’alcool sont construits comme des enjeux de sécurité. Nous considérons ce terme de sécurité comme polysémique. En effet, il recouvre à la fois une idéologie néolibérale à l’œuvre dans les processus de revitalisation des villes que les élus cherchent à aseptiser et à rendre inoffensives (R. Sennett, 2009), les risques sanitaires qui peuvent être engendrés par la consommation de produits psychoactifs et enfin, la vulnérabilité des usagers de drogues les plus précaires. Avec Elora Fahlke, nous avons décidé d’étudier sur nos terrains d’enquête que sont La Rochelle et Bordeaux, les différentes mesures sécuritaires mises en place dans le cadre des politiques de la ville liées à l’usage de drogues ou ayant un impact sur les consommateurs. Continue reading

Emotional Mapping – Towards a geographical explanation of drug use

Luise Klaus & Mélina Germes
“Emotional Mapping. Towards a geographical explanation of drug use”

In: Kaló, Zsuzsa; Tieberghien, Julie, Korf, Dirk J. (Eds.), Why? Explanations for drug use and drug dealing in social drug research. Pabst Science Publishers, 2019.

 Abstract

In Europe, most open drug scenes have similar spatial and social characteristics, especially in the growing dynamic of gentrification. This may potentially marginalise more drug users in public spaces. The cities face the same challenges in terms of governance. Within a perspective rooted in critical cartography and social geography, we propose emotional mapping as a method of conceiving urban lived spaces of drug users in European cities, with the aim of considering marginalised drug users as the subjects of their narratives and spatial representations. The method allows a complex analysis of the spatial experiences of urban space. It shows how the emotional appropriation of space by drug users is embedded in the structural socio-spatial exclusion phenomenon in Europe. Continue reading

Cartographie et drogues : enjeux théoriques et méthodologiques

Analyse spatiale ou cartographie critique ?

Le projet DRUSEC questionne avec des méthodes géographiques et cartographiques les pratiques et les politiques urbaines de la consommation de drogues. Lors du lancement du projet à Francfort en septembre 2017, l’idée de travailler avec des représentations cartographiques a suscité deux types de réactions contraires auprès des partenaires. Une association d’usagers en contexte festif a formulé l’inquiétude que la cartographie serve les objectifs de surveillance et de répression de pratiques illégales, renforçant le contrôle des usagers marginalisés dans les lieux publics où ils trouvent refuge. Une association porteuse de mesures de réduction des risques à destination de personnes marginalisées en ville a au contraire montré son grand enthousiasme à l’idée d’avoir à disposition un outil qui permette de mieux étudier les situations, de mieux comprendre les besoins des usagers afin de convaincre les commanditaires publics d’attribuer les financements suffisants aux mesures nécessaires.

La question se pose de savoir comment et pour qui – quels acteurs, quelles institutions, quels projets d’intervention – nous voulons faire des cartes. Continue reading

Identifier les besoins en réduction des risques à Berlin

Au coeur de la fabrique institutionnelle des savoirs spatiaux

Dans le cadre du projet DRUSEC je réalise des enquêtes à Berlin autour des salles de consommation à moindre risque, en travaillant en collaboration avec l’équipe du projet NUDRA, chargé par le Land de Berlin d’un diagnostic et de recommandations de bonnes pratiques – et devant mettre en œuvre, entre autres, des méthodes cartographiques. Continue reading

La réduction des risques à Bordeaux

Une implantation ancienne des dispositifs de réduction des risques

J’étudie au sein du projet DRUSEC comment la mise en œuvre des dispositifs de réduction des risques liés à la consommation de drogue (RDR) dans l’espace participe à fabriquer la ville. La fabrication de la ville est le fait de la conjoncture de plusieurs éléments dont l’urbanisme, les pratiques habitantes, les pratiques institutionnelles et les discours sur la ville. Les principales mesures de mise en œuvre de la politique de RDR en France, qui se développe depuis les années 90 suite à l’épidémie de sida, se fait principalement via les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) et les CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques des Usagers de Drogues).

Bordeaux est une ville du sud-ouest de la France qui compte 250 000 habitants intra-muros et 775 000 pour sa métropole. C’est une ville étudiante et touristique, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et dont l’attractivité ne faiblit pas depuis le début des années 2000. Comme dans toutes les grandes métropoles, on y trouve de la drogue : des lieux de vente et de consommation de stupéfiants mais également une consommation d’alcool dans les espaces publics assez importante, en raison notamment de sa population étudiante.

Une des associations des RDR à Bordeaux, le CEID (Comité d’Étude et d’Information sur la Drogue et les addictions), œuvre depuis 45 ans auprès des usagers, ce qui fait de cette ville un lieu où l’expérience et l’expertise est particulièrement précieuse pour le projet DRUSEC qui mène une recherche appliquée. Une des autres raisons du choix de cette ville est qu’elle devait être un des lieux d’expérimentation d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR). Essayer de comprendre pourquoi celle-ci n’a pas vu le jour reste une question intéressante et fera l’objet d’un autre billet. Après une mise en contexte rapide, je présenterai les deux principales structures de RDR à Bordeaux : le CEID et la Case. Continue reading

Fêtes, alcools et stupéfiants à La Rochelle

L’enjeu de l’accumulation festive

Dans le cadre du projet DRUSEC, j’ai choisi de m’intéresser à la ville de La Rochelle. Je me consacre à l’analyse des liens entre la fête et les consommations de drogue et d’alcool. Cette agglomération est le théâtre régulier de rassemblements de personnes et de consommations de type festives entraînant des prises de risques. Ses espaces structurés et hétéroclites, ses caractéristiques comme son port et son tourisme, font de cette ville un terrain approprié à une recherche sur les pratiques festives sous l’angle de l’addiction aux psychotropes.

Cette ville littorale et festive comptabilise 75000 habitants en 2015[1]. Un quart d’entre eux, la plus importante partie de la division par âge, sont des individus âgés de 15 à 29 ans, dont un grand nombre d’étudiant.e.s. Elle se compose de plusieurs quartiers dont deux sont touristiques et un davantage résidentiel. Continue reading

Cartographier les espaces vécus et les émotions

Dans le cadre du projet DRUSEC, les méthodes mises en œuvre sont variées : analyse de texte et lexicométrie, observations, entretiens semi-dirigés, entretiens d’experts, cartographie, etc. L’objet de ce texte est d’introduire une méthode que l’équipe du projet a élaborée et qui associe entretiens individuels, dessin cartographique et SIG (systèmes d’informations géographique).

La méthode EMO-MAPPING

Nos enquêtes auprès des habitant.e.s* de l’espace public urbain ont pour finalité de saisir les pratiques de l’espace par rapport à la consommation de drogue et d’alcool, en essayant de saisir les émotions attachées aux pratiques, aux lieux, aux moments urbains. Dans le contexte de ce projet binational et multi-terrain qui focalise à la fois sur les consommations festives et les consommations marginalisées, nous devions mettre au point une méthode qui nous permet de mettre en perspective nos résultats dans des sites et des contextes très variés. Continue reading