Category Archives: Places

La ville vécue des usagè.re.s de drogue marginalisés de Bordeaux

Dans ce billet de blog, je vous présente les premiers résultats issus de neuf cartographies émotionnelles réalisées auprès de consommateur/ices de drogues marginalisé.e.s rencontrés au CAARUD de La Case à Bordeaux. Les entretiens semi-directifs d’une heure en moyenne ont été menés par Roxane Scavo avec sept hommes et deux femmes qui ont dessiné des cartes mentales de leur espace de vie et émotions associées à ces lieux.

Suite à ces entretiens et à leur analyse nous avons réalisé un collage de citations des cartes dessinées et des transcriptions d’entretiens. Ce collage, préservant l’anonymat, présente une visualisation d’ensemble des vécus urbains des usagè.re.s de drogues marginalisés à Bordeaux et des émotions associées aux lieux habités, fréquentés, aux pratiques et usages de la ville, aux acteurs rencontrés et aux trajectoires.

La ville vécue des usagèr.e.s de la CASE à Bordeaux
Collage : Roxane Scavo et Mélina Germes

Continue reading

18.08.20 – Ausstellung in Berlin

Drogen und Stadt : eine alternative Planung

Sichtweisen marginalisierter Drogenkonsument*innen auf ihre Stadt

Medien, Politik, Nachbarschaften reden häufig über die „Belastung des öffentlichen Raumes“ durch den Konsum von illegalisierten Drogen. Selten sind Positionen der Konsument*innen vertreten. Im Rahmen einer Ausstellung werden die Ergebnisse einer Forschung vorgestellt, die zum Ziel hat, die gelebten Räume, Emotionen, Stimmen und städtische Ideale der marginalisierten Drogenkonsument*innen sichtbar zu machen. Die Ausstellung zeigt die Stadt, wie die Teilnehmenden der Studie sie erleben und ein Vorbild, wie sie werden könnte. Die zahlreiche Karten zeigen was sie zur Suchthilfe, öffentliche Diensten sowie Stadtplanung beizutragen haben. 

Ort

Schaufenstern des Aquariums am Südblock
Skalitzerstrasse 6
Kottbusser Tor, Berlin

Termine

  • Eröffnung am Dienstag 18.08. Besichtigung um 19 uhr.
  • Diskussionsveranstaltung am Montag 24.08, 18-20 uhr. “Corona und Drogenhilfe in Berlin”
  • Besichtigung am Samstag 29. 08 um 16 uhr

Online Ausstellung: drogenalternativeplanung.wordpress.com

Veranstaltet von und mit: Mélina Germes, Luise Klaus (Projekt DRUSEC) und
Franscesa Guarascio
(FIXPUNKT gGmbH)

La cartographie émotionnelle: un outil pour le milieu de la prévention, de la réduction des risques et du soin ?

Le premier objectif du projet DRUSEC est de produire des connaissances sur les politiques urbaines de la drogue, les représentations spatiales, les savoirs spatiaux et leurs enjeux. Le deuxième objectif est de faire bénéficier les professionnels de la réduction des risques, du soin et de la prévention, de la recherche méthodologique qui a eu lieu dans le projet. Ce billet de blog présente le travail mené au sein du projet DRUSEC par Roxane Scavo et Mélina Germes avec des professionnels de la réduction des risques, de la prévention des conduites à risques et du soin lié aux addictions de Bordeaux et de La Rochelle. Continue reading

Die ideale Stadt der Drogenkonsument*innen in Frankfurt

Workshop „Partizipatives Mapping“ in Frankfurt
„Was ist unser ideales Viertel?“
Sichtweisen von Drogenkonsumierenden im Frankfurter Bahnhofsviertel

Luise Klaus, Anna Dichtl, Daniela Jamin
Christina Padberg, Aaron Zielinski
DRUSEC Projekt, Mai 2020, Frankfurt a.M.

Im Rahmen der Workshops haben wir gemeinsam mit Drogenkonsument*innen aus der Drogenszene in Frankfurt Karten zu drei verschiedenen Themenbereichen entwickelt. Ziel der Workshop ist es, die Probleme und Herausforderungen der Menschen im urbanen Raum zu erkennen und gemeinsam (stadtplanerische) Lösungsansätze zu finden. Um dies zu erreichen, haben wir an drei aufeinanderfolgenden Tagen je zwei Stunden lang die Themen städtische Wohnungs-, Drogen-, und Sicherheitspolitik in Frankfurt anhand des Bahnhofsviertels behandelt. Am Ende stehen thematisch und farblich unterschiedliche Karten, die wir – die wissenschaftlichen Mitarbeiter*innen des Projektes – im folgenden Bericht auswerten.

Bericht Herunterladen (PDF)

Continue reading

Die ideale Stadt der Konsument*innen in Berlin

1. und 2. Berliner Partizipativer Mapping-Workshops

„Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“

Sichtweisen von deutschsprachigen Klient*innen in Berlin
(Nord-Neukölln, Kurfürstenstraße und Leopoldplatz)

Mélina Germes, Francesca Guarascio
sowie Luise Klaus und Christian Herrgesell
Projekte DRUSEC und NUDRA – März 2020, Berlin

Die zwei Workshops „Partizipatives Mapping: Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“ sind durch eine Kooperation der Projekte DRUSEC und NUDRA[1] entstanden.

Der erste Workshop fand im August 2019 in Nord-Neukölln, hauptsächlich mit männlichen Konsumenten statt. Daher haben wir ein zweiten Workshop in November 2019 in Schöneberg organisiert, mit Frauen.

Im Rahmen der Workshops entwickeln wir gemeinsam mit Drogenkonsument*innen aus der Drogenszene in Berlin Karten zu fünf verschiedenen Themenbereichen. Ziel der Workshop ist es, die Probleme und Herausforderungen der Menschen im urbanen Raum zu erkennen und gemeinsam (stadtplanerische) Lösungsansätze zu finden. Um dies zu erreichen, haben wir an fünf aufeinanderfolgenden Tagen je zwei Stunden lang die Themen städtische Wohnungs-, Drogen-, Gesundheits-, Mobilitäts- und Sicherheitspolitik in Berlin behandelt. Am Ende stehen fünf thematisch und farblich unterschiedliche Karten, die wir – die wissenschaftlichen Mitarbeiter*innen des Projektes – im folgenden Bericht auswerten.

Bericht herunterladen (PDF, 6 Mo)

Continue reading

AAP: Les genres des politiques urbaines de la drogue (21/01/21)

Dans le cadre des Journées « Drogues, Genres, Villes » organisées à Bordeaux (Laboratoires PASSAGES et Centre Emile Durkheim, Projets DRUSEC et GONACI), nous lançons un Appel à Communications sur la deuxième thématique « Les genres des politiques urbaines de la drogue ». Continue reading

Journées “Drogues, Genres, Villes” à Bordeaux (2020-2021)

Organisé par : Ella Bordai, Mélina Germes, Jenny Künkel, Emmanuel Langlois, Sarah Perrin et Roxane Scavo (CNRS PASSAGES, Centre Emile Durkheim, Université Populaire de Bordeaux)

Financement : Projets DRUSEC et GONACI

Dans l’espace urbain, ce que l’on considère être le problème de la drogue fait la plupart du temps implicitement référence à des pratiques masculines de consommation. Les discours dominants, la répression, la prévention et la réduction des risques ciblent en majorité des consommateurs masculins, établissant une binarité de genres et des rôles genrés très précis. Face à la déviance masculine de la consommation de drogue, on attribue aux femmes plusieurs rôles stéréotypés : la victime vulnérable d’hommes intoxiqués, la mère consommatrice irresponsable, celle de la travailleuse du sexe dépendante, ou la vertueuse abstinente. Les consommations féminines peut-être moins visibles, existent néanmoins et sont très diverses. Cette discrétion fait qu’il est plus difficile pour dispositifs d’aide de les atteindre et que donc elles en bénéficient peu.

Une lecture des questions liées à la drogue en termes de genre est nécessaire – et cela sans s’arrêter à la binarité homme/femme ni au contexte hétéronormé. Comment les pratiques urbaines – de consommation de substances, festive ou non, de réduction des risques, de politiques urbaines – sont-elles genrées ? Au cours de cette série d’évènements, nous allons questionner les constructions de genre autour de la consommation de drogue en ville. Un premier évènement, le 22 octobre 2020, « Sex, Drugs and the City » (le sexe, la drogue et la ville) s’intéressera au rôle que joue la consommation de drogue dans nos sexualités et à la géographie urbaine qu’il façonne. Un deuxième évènement fin janvier 2021 « Les genres des politiques urbaines de la drogue » (voir ici l’appel à participation) interrogera la façon dont différentes politiques urbaines en France, de la réduction des risques à la sécurité, reproduisent les catégories de genre. Un troisième évènement qui aura lieu en anglais en avril 2021 s’intéressera aux drogues festives « Festive drugs: gender, mobilities and spaces » en Europe.

Cette série d’évènements associera recherches universitaires et éducation populaire, en partenariat avec l’Université Populaire de Bordeaux, les projets de recherche DRUSEC et GONACI.

1. Berliner Partizipativer Mapping-Workshop

Edit: Die Ergebnisse dieses Workshops und andere Fallstudie werden im Rahmen einer Ausstellung in Berlin ab den 22.04.2020 präsentiert [VERSCHOBEN]

„Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“

Sichtweisen von deutschsprachigen, männlichen Klienten in Berlin
Nord-Neukölln und darüber hinaus.

Dr. Mélina Germes, MA. Luise Klaus, M.Sc. Francesca Guarascio, Dipl.-Pol. Christian Herrgesell
Februar 2020, Berlin

Der Workshop „Partizipatives Mapping: Was ist unsere ideale Stadt als Drogennutzer*innen?“ ist durch eine Kooperation der Projekte DRUSEC und NUDRA[1] entstanden. Im Rahmen des Workshops entwickeln wir gemeinsam mit Drogenkonsument*innen aus der Drogenszene in Berlin Karten zu fünf verschiedenen Themenbereichen. Ziel des Workshops ist, die Probleme und Herausforderungen der Menschen im urbanen Raum zu erkennen und gemeinsam (stadtplanerische) Lösungsansätze zu finden. Um dies zu erreichen, haben wir an fünf aufeinanderfolgenden Tagen je zwei Stunden lang die Themen städtische Wohnungs-, Drogen-, Gesundheits-, Mobilitäts- und Sicherheitspolitik in Berlin behandelt. Am Ende dieser produktiven Woche stehen fünf thematisch und farblich unterschiedliche Karten, die wir – die wissenschaftlichen Mitarbeiter*innen des Projektes – nun auswerten und zu einer Übersichtskarte zusammenfügen. Continue reading

Drogue et sécurité à Bordeaux : des mesures à destination des résidents et des consommateurs

Introduction

Dans le cadre du projet, nous sommes partis du constat que la drogue et l’alcool sont construits comme des enjeux de sécurité. Nous considérons ce terme de sécurité comme polysémique. En effet, il recouvre à la fois une idéologie néolibérale à l’œuvre dans les processus de revitalisation des villes que les élus cherchent à aseptiser et à rendre inoffensives (R. Sennett, 2009), les risques sanitaires qui peuvent être engendrés par la consommation de produits psychoactifs et enfin, la vulnérabilité des usagers de drogues les plus précaires. Avec Elora Fahlke, nous avons décidé d’étudier sur nos terrains d’enquête que sont La Rochelle et Bordeaux, les différentes mesures sécuritaires mises en place dans le cadre des politiques de la ville liées à l’usage de drogues ou ayant un impact sur les consommateurs. Continue reading

Emotional Mapping – Towards a geographical explanation of drug use

Luise Klaus & Mélina Germes
“Emotional Mapping. Towards a geographical explanation of drug use”

In: Kaló, Zsuzsa; Tieberghien, Julie, Korf, Dirk J. (Eds.), Why? Explanations for drug use and drug dealing in social drug research. Pabst Science Publishers, 2019.

 Abstract

In Europe, most open drug scenes have similar spatial and social characteristics, especially in the growing dynamic of gentrification. This may potentially marginalise more drug users in public spaces. The cities face the same challenges in terms of governance. Within a perspective rooted in critical cartography and social geography, we propose emotional mapping as a method of conceiving urban lived spaces of drug users in European cities, with the aim of considering marginalised drug users as the subjects of their narratives and spatial representations. The method allows a complex analysis of the spatial experiences of urban space. It shows how the emotional appropriation of space by drug users is embedded in the structural socio-spatial exclusion phenomenon in Europe. Continue reading

Night-time drug policy: adjusting harm reduction implementation strategies in nightlife festive settings in France

Cecilia Comelli, Elora Fahlke

Introduction

For the 13th session of the ISSDP conference, we would like to present a study we conducted as part of the Drug and Urban Security (Drusec) project, which was funded by the French National Research Agency (ANR) and the German Federal Ministry of Education and Research (BMBF) from 2017 to 2020. DRUSEC is a joint Franco-German social science research project that combines approaches from sociology, geography, public health, and substance abuse studies. Its aim is to study issues of public safety stemming from drug and alcohol use in public and semi-public spaces of French and German cities. It is a large-scale project anchored in multiple disciplines, various types of fieldwork, and different research models. For this presentation, we have decided to focus on an issue that a sociologist and a geographer from our team examined here in France: harm reduction in festive settings. Continue reading

Diverses qualités de savoirs sur le terrain rochelais : Une image hétérogène de la ville

Au sein du projet DRUSEC, notre équipe consacre une partie du travail sur les représentations spatiales ainsi que les savoir spatiaux dans les différents terrains français. Une place importante est accordée aux représentations sociales de même qu’à la constitution de savoirs institutionnels objectivés. L’un des objectifs de ce projet est de comprendre deux sphères que sont les pratiques institutionnelles et les discours. Pour cela, nous analysons la construction et la spatialisation des risques liés aux consommations et/ou ventes de drogues. L’enquête de terrain a révélé une différence entre les savoirs spatiaux provenant du milieu associatif et ceux du milieu communal en ce qui concerne les structures d’interventions auprès des usagers de drogues. Néanmoins, la distinction entre les acteurs qui interviennent ou non dans l’espace public semble davantage appropriée au questionnement sur les savoirs spatiaux.

Continue reading

Portfolio of Emo-mapping in some German cities

In this portfolio of colored illustrations of a chapter published in the ESSD Conference Book 2019 we present very briefly some empirical material collected during emo-mapping interviews in Berlin (Mélina Germes, together with Francesca Guarascio and Christian Hergesell from NUDRA Project), Frankfurt am Main, Nuremberg and Munich (Luise Klaus). Continue reading

Identifier les besoins en réduction des risques à Berlin

Au coeur de la fabrique institutionnelle des savoirs spatiaux

Dans le cadre du projet DRUSEC je réalise des enquêtes à Berlin autour des salles de consommation à moindre risque, en travaillant en collaboration avec l’équipe du projet NUDRA, chargé par le Land de Berlin d’un diagnostic et de recommandations de bonnes pratiques – et devant mettre en œuvre, entre autres, des méthodes cartographiques. Continue reading

La réduction des risques à Bordeaux

Une implantation ancienne des dispositifs de réduction des risques

J’étudie au sein du projet DRUSEC comment la mise en œuvre des dispositifs de réduction des risques liés à la consommation de drogue (RDR) dans l’espace participe à fabriquer la ville. La fabrication de la ville est le fait de la conjoncture de plusieurs éléments dont l’urbanisme, les pratiques habitantes, les pratiques institutionnelles et les discours sur la ville. Les principales mesures de mise en œuvre de la politique de RDR en France, qui se développe depuis les années 90 suite à l’épidémie de sida, se fait principalement via les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) et les CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques des Usagers de Drogues).

Bordeaux est une ville du sud-ouest de la France qui compte 250 000 habitants intra-muros et 775 000 pour sa métropole. C’est une ville étudiante et touristique, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et dont l’attractivité ne faiblit pas depuis le début des années 2000. Comme dans toutes les grandes métropoles, on y trouve de la drogue : des lieux de vente et de consommation de stupéfiants mais également une consommation d’alcool dans les espaces publics assez importante, en raison notamment de sa population étudiante.

Une des associations des RDR à Bordeaux, le CEID (Comité d’Étude et d’Information sur la Drogue et les addictions), œuvre depuis 45 ans auprès des usagers, ce qui fait de cette ville un lieu où l’expérience et l’expertise est particulièrement précieuse pour le projet DRUSEC qui mène une recherche appliquée. Une des autres raisons du choix de cette ville est qu’elle devait être un des lieux d’expérimentation d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR). Essayer de comprendre pourquoi celle-ci n’a pas vu le jour reste une question intéressante et fera l’objet d’un autre billet. Après une mise en contexte rapide, je présenterai les deux principales structures de RDR à Bordeaux : le CEID et la Case. Continue reading