Diverses qualités de savoirs sur le terrain rochelais : Une image hétérogène de la ville

Au sein du projet DRUSEC, notre équipe consacre une partie du travail sur les représentations spatiales ainsi que les savoir spatiaux dans les différents terrains français. Une place importante est accordée aux représentations sociales de même qu’à la constitution de savoirs institutionnels objectivés. L’un des objectifs de ce projet est de comprendre deux sphères que sont les pratiques institutionnelles et les discours. Pour cela, nous analysons la construction et la spatialisation des risques liés aux consommations et/ou ventes de drogues. L’enquête de terrain a révélé une différence entre les savoirs spatiaux provenant du milieu associatif et ceux du milieu communal en ce qui concerne les structures d’interventions auprès des usagers de drogues. Néanmoins, la distinction entre les acteurs qui interviennent ou non dans l’espace public semble davantage appropriée au questionnement sur les savoirs spatiaux.

     Dans cet article, nous allons analyser différents types de savoirs provenant des acteurs de ce terrain. Cette étude a pour objectif de comprendre, sous l’angle de consommations et ventes de drogues, comment l’image de la ville est construite. À ce titre, la première partie sera destinée à l’étude des savoirs résultant des pratiques professionnelles dont leur travail se déroule pour une grande partie sur l’espace public tels que les employés du Samu social, de la police municipale et de la mairie. À travers les entretiens semi-dirigés avec les professionnels nommés ci-dessus et les observations (participantes ou non) de maraudes en ville, j’ai pu récolter certaines informations, données et savoirs spatialisés de ces praticiens. Avec les mêmes méthodes et dans une seconde partie, je vais m’attacher à étudier les différents savoirs spatiaux des acteurs moins mobiles que les précédents sur ce terrain comme l’association Aides avec le CAARUD, l’association Tremplin 17 avec le CSAPA ou encore une partie des membres de la municipalité.

     Ce billet de blog a été rédigé par Elora Fahlke après un peu plus d’une année d’enquête de terrain menée dans la ville de La Rochelle (lien vers autre billet de blog terrain LR). Les structures étudiées sont associatives et municipales. Cependant, d’un domaine à l’autre, ces derniers sont différents tant dans la spatialisation de leurs interventions que dans la construction de ces dernières. Malgré l’accumulation festive (cf. billet de blog terrain rochelais) en période estivale dans cette ville particulière, les lieux de consommation et de vente restent les mêmes.

     Ainsi, à travers cet article, je vais essayer de mettre en lumière ces savoirs spatiaux issus d’expériences, de représentations ou de documents formalisés afin de comprendre la construction spatiale des risques liés aux drogues dans la ville de La Rochelle.

Les savoirs spatiaux des acteurs intervenants dans l’espace public

Les premiers savoirs spatiaux que j’ai pu récolter résultent de mon travail d’observation. Par le biais de participations aux permanences, aux maraudes, par de simples observations dans les structures ou encore par les entretiens semi-dirigés, j’ai pu découvrir les connaissances spatiales des professionnels du terrain rochelais. Dans ce billet, nous distinguerons les informations, des données et des savoirs spatiaux. Les premières correspondent à des informations brutes et non structurées, les données sont davantage structurées mais restent inanimées puisque ne font pas sens et enfin, les savoirs, quant à eux, sont des données interprétées. Grâce à cette partie, nous pourrons apercevoir jusqu’à quel degré, de l’information aux savoirs spatiaux, chacune des structures s’en sont tenues ainsi que les raisons de ces choix.

A/ Le Samu social : des savoirs spatiaux fondés sur l’aller-vers

Le personnel du Samu social construit son travail autour de maraudes en ville : l’une la journée, à pied et une autre en soirée, en camion. Cependant, ces deux maraudes sont formées par les mêmes salariés ce qui rend leurs savoirs uniformes. Comme nous pouvons apercevoir sur la carte ci-dessous, ces acteurs ont un périmètre d’intervention large en incluant tous les quartiers de La Rochelle mais également Aytré, Sainte-Soulle, Angoulins et Châtelaillon-Plage. Pour constituer leurs itinéraires et avant la maraude, les salariés répondent à des demandes téléphoniques. Ces appels sont pris par un salarié passager du camion qui remplit une fiche comprenant un nom ou un pseudo ainsi qu’un point de rendez-vous donné par l’usager. Ces derniers sont réguliers et les usagers qui font appel au Samu social connaissent les lieux « clés ». Je surnomme ces lieux « clés » puisqu’il s’agit de lieux de rassemblements de personnes précaires ou de squats connus au sein de cette population mais également par le personnel du Samu social. Ces lieux, nous disent le personnel du Samu social « sont des endroits où on va systématiquement comme la ****** en centre-ville, la gare ou encore devant le *****, on y va par habitude, par notre expérience de terrain » (Carnet d’observation, le 26/05/2019).

     Ces lieux ne sont pas les seuls fréquentés lors de ces maraudes. En réalité, les salariés se fabriquent une connaissance du terrain par l’expérience. À travers leurs cheminements, ils essaient de repérer les personnes en détresse dans des lieux qu’ils connaissent. La gare ainsi que la proche périphérie du centre-ville sont des lieux de repérage. En dehors de cela, les salariés savent que cette population échange au sujet des lieux fréquentés par le Samu social, ce qui évite les éparpillements de personnes dans des lieux moins connus. Ces savoirs sont issus de l’expérience des salariés eux-mêmes par le biais de leur ancienneté. Ces savoirs sont également transmis oralement aux bénévoles de l’association. Ainsi, ils se rapprochent des savoirs résultants de représentations.

N°1 : Zone d’intervention nocturne du Samu social

source : Elora Fahlke, 2019.

 

     Les salariés du Samu social s’appuient également sur des savoirs externes provenant des usagers précaires, principaux concernés par leur travail. Ces savoirs sont constitués au cours des discussions avec les usagers ; « Parfois, ils nous parlent d’endroits qu’on ne connait pas et c’est comme ça qu’on se renouvelle » (Carnet d’observation, le 20/07/2018). Grâce à cela, ils comprennent les évolutions des localisations de chaque groupe. Dans la période estivale, plusieurs évènements liés à des pratiques professionnelles comme celles de la police municipale poussent ces populations vers l’extérieur du centre. Grâce aux rencontres lors des maraudes, le Samu social peut suivre les individus dans leurs itinéraires, parfois contraints, du centre-ville vers les Minimes ou aux portes de Villeneuve-les-Salines. Néanmoins, je ne peux divulguer d’informations sur les localisations en raison des réticences du personnel du Samu social. Effectivement, leur méfiance face à la publication d’informations spatiales précises résulte de la crainte face à l’utilisation de ces indications par les autorités locales : « C’est pour ta thèse ? ça ne sera pas publié ? On ne veut pas que ça finisse entre de mauvaises mains. » (Carnet d’observation, le 09/10/2018). A travers cette citation, nous pouvons apercevoir la crainte des employés du Samu social face à l’utilisation des données spatiales. Ils ne souhaitent pas que ces données soient utilisées à des fins répressives contre ce public marginalisé.

     Les derniers savoirs spatiaux des acteurs de cette association sont davantage formels (cf. exemple fictif ci-dessous). Toutefois, ils ne représentent pas la plus importante partie de leurs savoirs et sont liés aux appels reçus et aux fiches correspondantes qu’ils remplissent dont j’ai parlé précédemment. Ces données formalisées sont constituées à la fois par les appels et les adresses retenues mais également par tous les autres lieux empruntés, par habitude ou hasard, par les employés du Samu social et sont alors notés. Ces lieux fréquentés sont soit choisis par le Samu social à travers leur connaissance de terrain soit par des rencontres hasardeuses lors des déplacements. Ces derniers sont inscrits sur cette fiche. Pourtant, cette dernière ne sert pas réellement aux salariés eux-mêmes. Ces documents sont des données récoltées pour rendre compte de l’activité aux financeurs plus qu’une donnée engageant des analyses ou statistiques d’évolution du paysage social rochelais. Ainsi, nous remarquons que le Samu social, par manque de temps, ne s’engage pas dans un recueil de savoirs spatiaux mais davantage dans la recherche d’informations et de données spatiales.

N° 2 : Fiche fictive Samu social

Source : Fiche fictive créée à partir de documents du Samu social La Rochelle (17).

 

B/ La Police municipale : un travail de terrain partagé

Tout comme le Samu social, la police municipale intervient dans un périmètre assez large et elle est également constituée de deux brigades : une de jour et une de nuit. Par le biais de maraudes, à pied ou à vélo, ces dernières opèrent dans la ville. Les populations ciblées étant différentes ainsi que leurs territorialisations dans l’espace urbain, les brigades ont des savoirs spatiaux complémentaires. En effet, les interventions diurnes sont plus larges en terme de périmètre même si elles sont plus présentes dans le quartier ancien rochelais. La brigade de nuit, quant à elle, se concentre uniquement sur le centre sauf lorsqu’elle répond à des demandes téléphoniques. La nuit, le cours du temple, la rue Saint-Nicolas et le port sont les trois zones principalement surveillées. Ces zones « préférentielles » sont basées sur des savoirs expérientiels mais sont également complétés par des savoirs moins palpables et plus formalisés. Effectivement, selon un rapport datant du 1er semestre 2019, 62% environ des interventions pour ivresse publique et manifeste et intervention pour produits stupéfiants ont été faites sur ces lieux. Un arrêté municipal qui interdit la consommation de boissons alcoolisées sur l’espace publique en centre-ville précise justement ces différents lieux.

N°3 : Zones d’interventions des brigades de la police municipale (nuit (bleue) et jour (jaune) (en bleu, actions principales de la brigade de jour également))

Source : Elora Fahlke, 2019.

 

     Effectivement, ces brigades municipales ne se réfèrent pas qu’aux savoirs issus du terrain. Elles interviennent de manière plus intense dans les quartiers de la Politique de la Ville. Ces quartiers classés comme « sensibles » comme Mireuil ou Villeneuve-les-Salines, sont ciblés par ces brigades à la demande de la mairie qui a, depuis ce mandat, mis l’accent sur la sécurité. Au sein de la police municipale, une unité de proximité a été mise en place sur ces quartiers auxquels ont été ajoutés Laleu et La Pallice. Selon ces policiers, la plus importante partie du trafic est dans les quartiers ainsi que la consommation de drogues qu’ils nomment « dures » alors que le centre-ville est davantage caractérisé par la consommation d’alcool dans le cadre festif. Néanmoins, le centre-ville est surveillé de manière plus étroite étant donné que la police municipale ne possède pas le pouvoir d’intervenir pour la problématique des stupéfiants (arrestations, fouilles, perquisitions etc.).

     Suite aux interventions des polices municipales et nationales, des statistiques formalisées sont récoltées. Ces acteurs recherchent donc à créer des savoirs spatiaux après avoir récoltés des informations et données. Cette base de données recueillie à partir des rapports rédigés par la police municipale, est enrichie par des informations spatiales des habitants, par les vécus, recueillis lors de réunions mensuels et trimestriels. Ces réunions sont dans le cadre d’un Conseil d’agglomération de sécurité et de prévention de la délinquance (CASPD). Une réunion par quartier a lieu tous les mois afin de parler des problèmes rencontrés par les habitants ainsi que des débats autour des chiffres des interventions récoltées. Celles-ci sont publiques mais sont la plupart du temps fréquentés par des membres de la police municipale, des représentants d’habitants et le directeur de la tranquillité publique. La réunion trimestrielle regroupe davantage des personnes élus et sont privées. Ces recensements par lieux spécifiques montrent le nombre de faits par quartier ou adresse. Ainsi, les statistiques de l’activité policière montrent une prépondérance des interventions liées à l’alcool dans le centre-ville et des interventions liées aux drogues dans les quartiers de Mireuil et Villeneuve-les-Salines : « Nous (police municipale), on s’occupe plus du centre-ville parce que c’est la consommation des marginaux et des fêtards mais il y a très peu de trafics, c’est la police nationale qui s’en occupe c’est plus dans les quartiers sensibles » ; ce qui est moins une observation de la réalité qu’un biais lié à la spatialisation même de leurs interventions. De ce que les acteurs nous ont dit, nous remarquons qu’il n’y a aucune recherche de leur part pour la drogue dans le centre. Le cadre même donné à l’activité de la police municipale façonne alors les différents chiffres récoltés. Effectivement, la réalité de terrain et le « savoir » sont bel et bien différents, « en fait, la délinquance” est un phénomène social complexe et mouvant qui présente une physionomie très différente selon qu’on la saisit du point de vue des victimes ou lors de son appréhension puis de son traitement par l’appareil répressif » (Aubusson, Lalam, Padieu, Zamora, 2003, pp. 141-158).

C/ Une équipe municipale de prévention : le ciblage du centre-ville

Les maraudes de la mairie, effectuées par le service de prévention et promotion de la santé, se font dans un périmètre restreint du centre-ville. À pied, les membres vont vers les publics festifs à la sortie des bars et discothèques. S’ils se fient aux adresses des sorties nocturnes, ils concentrent leurs activités dans les lieux où les chiffres de la police municipale sont élevés. Le cours du temple et sa place sont, non seulement, des représentations connues pour être des endroits spécifiquement festifs et ressortent également lors des réunions précédemment évoquées. Ces lieux sont connus pour les pratiques d’alcoolisation massive de 22h à 4h du matin. La principale problématique est celle du tapage nocturne. Cependant, les savoirs spatiaux de ces acteurs sont limités au cœur de la ville, pour autant, ils se fient aux représentations répandues admettant que les drogues, autres que l’alcool, ne sont pas très présentes ou du moins que leur usage n’est pas problématique. Le port et la rue Saint-Nicolas sont les lieux de début et fin de soirée davantage reconnus pour les problèmes liés à l’alcool tels que la violence, les problèmes d’hygiène et de santé. Ainsi, ces acteurs ne passent pas par les informations et données spatiales mais se servent des savoirs spatiaux de la police municipale pour intervenir.

N°4 : Zone d’intervention de la maraude de la mairie et points d’interventions importants

Source : Elora Fahlke, 2019.

 

     Après avoir passé en revue les savoirs spatiaux des travailleurs de terrain, nous nous intéresserons maintenant aux savoirs spatiaux des travailleurs n’intervenant pas ou peu dans l’espace public.

Les savoirs spatiaux des acteurs qui accueillent le public

N° 5 : Emplacements du CAARUD et du CSAPA

Source : Elora Fahlke, 2019.

 

A/ Le CAARUD : une association multi-terrain

Le CAARUD de La Rochelle se déplace en camion entre plusieurs villes dont Rochefort et Saintes. Ainsi, le temps accordé aux maraudes est difficile à trouver. Les maraudes sont souvent faites ponctuellement sur des « temps d’action » en dehors de la ville comme sur l’île d’Oléron une fois par mois. Des maraudes sont organisées en journée, sur la plage des Minimes, l’été, mais elles sont davantage liées à la prévention sexuelle. Effectivement, l’emplacement du CAARUD, en centre-ville, fait dire aux salariés que les maraudes à La Rochelle ne seraient pas le plus utile puisque les usagers connaissent ce lieu par le bouche-à-oreille ; l’aller-vers ne serait donc pas si fructueux que cela. Néanmoins, les salariés possèdent des savoirs spatiaux liés à leur statut d’habitant rochelais mais également à leurs interactions avec le public lors de leurs permanences en structure.

     Lors de ces permanences, les salariés échangent avec les usagèr.e.s sur les consommations et les soirées afin d’entrevoir les pratiques de chacun. Lors de ces conversations des savoirs spatiaux sont formulés. Pour autant, ces savoirs ne les intéressent pas en tant que tels mais ces derniers les aident éventuellement à percevoir les représentations qu’ils ont de leurs pratiques dans la ville. Cependant, grâce à ces échanges, des savoirs spatiaux émergeants du public se dévoilent : les localisations des squats en périphérie de la ville, les lieux de rassemblements en centre-ville la journée pour faire la manche et les autres places fréquentés par les consommateurs de drogues dans une situation de précarité. Les usagers qui fréquentent cette structure habitent davantage le centre-ville ou ses marges. De ce fait, les savoirs ainsi gagnés s’inscrivent seulement dans un périmètre restreint, car trop peu de conversations sont basées sur les quartiers périphériques de La Rochelle.

N°6 : Extrait de document CAARUD (AIDES)

Source : Fiche quotidienne CAARUD (AIDES), La Rochelle, 2019.

 

     Les savoirs issus des interactions avec les usagèr.e.s sont combinés à leurs savoirs d’habitants rochelais. Ils connaissent ainsi les lieux festifs comme le cours du temple et le port pour ce qui est du centre-ville et la Sirène ou la Belle du Gabut plus en périphérie. Leurs savoirs spatiaux ne sont pas formalisés. Ils ont des fiches anonymes qu’ils remplissent d’informations non spatialisées. Pour les nouveaux bénévoles ou salariés, la transmission de ces savoirs spatiaux mobilise l’oralité. Effectivement, ce principe serait appliqué pour le bien de l’anonymat ainsi que le respect des personnes fréquentant le CAARUD. Même si l’anonymat des individus est respecté, les employés de la structure ont précisé que les noms des lieux ne peuvent être cités à l’extérieur de la structure afin qu’ils ne soient pas utilisés pour des interventions de police.

     Si nous avons vu que cette structure possède surtout des informations spatiales plus que des données ou savoirs, elle a tout de même construit des savoirs spatiaux liés à une action ciblée. Effectivement, le respect des données et la crainte face à l’utilisation de ces dernières empêchent la formalisation des informations en données et savoirs. Néanmoins, de manière plus globale, elle intervient sur tout le département. Lors d’une action sur l’accès généralisé aux seringues, elle a mis en place un questionnaire qui a été distribué dans les pharmacies du département. Par ce dernier, ils cherchaient à savoir combien de Stéribox les pharmacies vendaient. Ainsi, grâce à cette récolte, ils ont pu cibler des villes, comme Tonnay-Charente, dans lesquelles il y a un grand besoin de matériel de consommation. Ils ont alors monté des partenariats avec les villes qui vendaient le plus de Stéribox afin d’approvisionner le plus grand nombre de consommateurs. Si ces savoirs sont assez vagues, ils permettent de comprendre les consommations de drogues au niveau départemental.

B/ Le CSAPA : une association médicalisée

Le CSAPA est une structure davantage médicalisée, comme le montre les fonctions de son personnel : des infirmiers, des médecins, des psychologues et des éducateurs spécialisés s’y retrouvent. Contrairement aux autres associations les rencontres avec le public se font sur rendez-vous au sein de la structure. De fait, l’aller-vers n’est pas l’une des priorités. En ce sens, les savoirs vernaculaires sont moindres même s’ils interviennent dans des établissements scolaires de ce terrain.

     Certains savoirs spatiaux sont donc engagés par les représentations comme le fait que leurs usagers proviennent assez souvent des quartiers sensibles. Cependant, cette association possède un logiciel dans lequel des informations spatiales individuelles sont saisies. L’existence d’un fichier rassemblant les données du lieu de résidence des différents usagers de leur structure, permettrait de déterminer la géographie de l’origine des usagers. Tous les acteurs s’accordent sur le fait que les consommations se font en dehors de l’habitat, dans l’espace public ou dans les squats. Ce logiciel, lorsque l’usager n’a pas d’habitat fixe ou réside en squat, classe les individus dans une catégorie « sans domicile fixe » et aucune adresse n’est spécifiée. Tout comme le Samu social, ces données sont utilisées pour faire des rapports et ne sont pas analysés par les salariés du CSAPA.

C/ Les coordinateurs : un point de vue institutionnel

Les derniers acteurs dont je vais parler dans cette partie sont liés à la mairie et à la police municipale. Selon les coordinateurs et directeurs du service de tranquillité publique et ceux de la prévention, deux quartiers sont concernés par le trafic de drogues : le quartier de Mireuil et celui de Villeneuve-les-Salines. Le quartier de Port Neuf est également identifié comme un lieu de consommations et/ou de ventes de drogues. Effectivement, les coordinateurs sont soumis à la politique de la ville pour engager la police municipale à intervenir et être présents sur ces trois quartiers. En plus de cela, les coordinateurs ajoutent que l’Agence locale de prévention et de médiation sociale travaille uniquement sur ces quartiers et non dans le centre-ville. Cette dernière intervient sur appel pour régler les conflits de voisinage.

     Néanmoins, les coordinateurs considèrent la population étudiante comme plus difficile à gérer puisqu’elle est nombreuse et ciblent également le centre lors des périodes festives, le weekend et en soirée. De plus, les habitants des quartiers cités plus haut descendraient au cœur de ville lors de ces moments urbains. Ainsi, les interventions auprès du centre permettraient d’intervenir sur des individus résidents sur les quartiers. Ces stratégies seraient présentes pour éloigner les problèmes du centre. En faisant intervenir régulièrement des équipes de la police municipale dans ce cœur de ville, les problèmes s’éloigneraient vers les quartiers. Pour autant, un groupe spécifique de policiers est mis à disposition sur le port pour la surveillance des personnes sans domicile fixe.

Pour conclure ce billet de blog, j’ai analysé et différencié les informations, des données et des savoirs spatiaux issus des structures rochelaises gravitant autour des personnes consommatrices de produits. Nous pouvons apercevoir que les structures comme le Samu social, le CAARUD et le CSAPA ne recherchent pas réellement de savoirs spatiaux. En effet, le Samu social récolte des informations lors de ces maraudes qui sont formalisées en données sur des fiches. Néanmoins, pour une question budgétaire et par manque de temps, d’autres projets passent avant la création et l’interprétation des données récoltées qui ne sont alors que récupérées par les financeurs de l’association. Le CAARUD, quant à lui, reste davantage dans l’information spatiale pour la compréhension des pratiques de consommation. Cependant, les employés de cette structure ont utilisé des méthodes pour créer des savoirs spatiaux plus globaux dans le cadre d’une action ciblée dans une autre ville du département. Ainsi, ils ont créé des savoirs spatiaux à partir des chiffres de vente de Stéribox dans les pharmacies du département. La dernière structure qu’est le CSAPA possède plus d’informations et de données spatiales que de savoirs. Ils récoltent à l’aide d’un logiciel des données qui sont ensuite transformées en savoirs spatiaux pour un rapport annuel donné aux financeurs.

     Contrairement aux structures précédentes, les acteurs de la municipalité que sont la police, l’équipe de prévention et le service de la tranquillité publique souhaitent développer des savoirs spatiaux. La police municipale est le point d’appui de ces agents. Les informations et données récoltées lors des activités policières et des CASPD permettent de dégager des statistiques et des rapports interprétants ces dernières. Ainsi, l’équipe de prévention et le service de la tranquillité publique s’appuient sur ces savoirs pour intervenir ou écrire des rapports au maire de la ville.

     Nous avons pu voir que les savoirs spatiaux proviennent de trois types de relation : ceux dus à l’expérience, ceux liés aux représentations individuelles ou collectives et ceux davantage formalisés. Pour autant, ces savoirs se nourrissent et fonctionnent ensemble.  

     Par ces informations, données ou savoirs spatiaux, nous pouvons voir que les structures ne possèdent pas une image homogène de la ville de La Rochelle. Les échanges entre ces structures sont restreints. Ils sont majoritairement entre les membres de la municipalité. Effectivement, les structures rochelaises comme le Samu social, le CAARUD ou le CSAPA n’échangent que très rarement ou du moins sur des situations spécifiques ou actions thématiques.

     Cet anonymat respecté est l’une des causes du manque de données formalisées au sein des structures associatives. Les institutions communales engagent davantage de données statistiques servant sur le terrain et pour les rapports officiels. Ces données mettent en lumière un découpage de la ville entre centre-ville et quartier, sans domiciles fixes et étudiants, jour et nuit et trafic et consommation. Cette manière binaire d’entrevoir la ville façonne la ville et les actions des différents acteurs.

N°7 : Récapitulatif des savoirs spatiaux des professionnels rochelais

Source : Elora Fahlke, 2019.

Citer cet article : Elora Fahlke, "Diverses qualités de savoirs sur le terrain rochelais : Une image hétérogène de la ville," in Drugs, Securities, Urban Policies, 19/08/2019, https://drusec.hypotheses.org/961, consulté le 05/12/2021

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.