Cartographie et drogues : enjeux théoriques et méthodologiques

Analyse spatiale ou cartographie critique ?

Le projet DRUSEC questionne avec des méthodes géographiques et cartographiques les pratiques et les politiques urbaines de la consommation de drogues. Lors du lancement du projet à Francfort en septembre 2017, l’idée de travailler avec des représentations cartographiques a suscité deux types de réactions contraires auprès des partenaires. Une association d’usagers en contexte festif a formulé l’inquiétude que la cartographie serve les objectifs de surveillance et de répression de pratiques illégales, renforçant le contrôle des usagers marginalisés dans les lieux publics où ils trouvent refuge. Une association porteuse de mesures de réduction des risques à destination de personnes marginalisées en ville a au contraire montré son grand enthousiasme à l’idée d’avoir à disposition un outil qui permette de mieux étudier les situations, de mieux comprendre les besoins des usagers afin de convaincre les commanditaires publics d’attribuer les financements suffisants aux mesures nécessaires.

La question se pose de savoir comment et pour qui – quels acteurs, quelles institutions, quels projets d’intervention – nous voulons faire des cartes.

1. Les méthodes positivistes d’analyse spatiale

L’état de l’art des publications internationales sur la question de cartographie et de drogue montre la prédominance de l’analyse spatiale et des méthodes positivistes. Les caractéristiques de ces méthodes sont l’utilisation de données quantitatives et/ou géolocalisées fournies par des dispositifs institutionnels se proposant de mesurer les phénomènes (ou d’en donner une mesure) ainsi qu’une conception réifiée de l’espace faisant abstraction des rapports sociaux qui président à sa production.

De quoi les données sont-elles des indicateurs ?

Parées des marques de scientificité, ces travaux positivistes considèrent que les informations disponibles sur les pratiques de la consommation de drogue (vendre et acheter des substances, se procurer des seringues, s’injecter ou fumer, se débarrasser du matériel usagé, avoir recours à des structures de réduction des risques…) sont un matériau suffisant pour expliquer les formes que prend la consommation. Les pratiques de la drogue sont réduites à un indicateur matériel (ou plusieurs), sans prise en compte des raisons, arbitrages et contraintes des consommateurs et consommatrices, ni de la complexité des relations sociales, normes, exclusions, surveillance auxquels elles et ils sont exposé-e-s1.

De plus, les indicateurs choisis reposent souvent sur les données disponibles et accessibles dont les sources sont les institutions de réduction des risques, de travail social, de police ou de pharmacie. Ces données reflètent mieux le travail fait au quotidien par les travailleurs sociaux, municipaux, pharmaciens ou policiers, que les pratiques elles-mêmes. Le nombre d’appels à une hotline ou le nombre de seringues jetées dans un container ne sont pas des indicateurs de l’intensité de la consommation de drogue, mais seulement des données portant sur les appels téléphoniques à cette hotline ou sur les seringues jetées dans ces containers. Les raisons qui facilitent ou rendent plus difficile le recours à ces services sont disparates et hétérogènes, selon les milieux sociaux, selon les lieux : l’utilisation de ces données comme indicateurs de la consommation de drogue est biaisée. Il n’est pas possible de postuler que les données institutionnelles soient des indicateurs pertinents de pratiques sociales : ce qui vaut pour les statistiques policières vaut pour nombre d’autres statistiques institutionnelles2.

La consommation de drogue théorisée par la géocriminologie

Les méthodes positivistes ont en point commun de considérer que la distribution spatiale d’une donnée (considéré comme l’indicateur d’une pratique) obéit à une loi de l’espace, expliquant la concentration ou distanciation des phénomènes, les dégradés d’intensité, la corrélation avec d’autres données spatiales, etc. Les calculs et corrélations des données spatiales doivent permettre d’identifier les règles qui président à la répartition, diffusion ou mobilité d’un phénomène. La géocriminologie est l’application des théories et méthodes de l’analyse spatiale au champ de la criminologie, à savoir les pratiques illégales. Elle modélise leur répartition dans l’espace, explique la survenue des crimes et délits par l’espace et tente de prédire où les prochains crimes et délits devraient avoir lieu. Les méthodes de géocriminologie diffèrent quand au modèle explicatif et théorique auquel elles font appel. Dans le cas de l’analyse spatiale des pratiques de drogue, deux approches sont fréquemment mobilisées : épidémiologiques et écologiques.

Les approches épidémiologiques

Dans le premier cas, les pratiques de drogue sont considérées en termes macro comme un phénomène géographique autonome, qui se diffuse et se répand dans l’espace (régional, national) par contamination interindividuelle, comme le ferait un virus, et que les politiques publiques doivent contenir en en limitant la propagation3.

Les théories géocriminologiques

Dans le second cas, les pratiques de drogue sont considérées à une échelle micro comme un phénomène criminel, dont le surgissement à une localisation donnée et à un moment donné est l’effet de facteurs environnementaux, d’opportunités au cours des déplacements urbains, de calculs du moindre coût, et de rationalité des choix ; et qui génère des « hotspots » de vente ou consommation de drogue4. Le rôle de l’action publique est alors d’intervenir pour démanteler les hotspots de consommation ou de reconfigurer les espaces et les dispositifs en décourageant les pratiques indésirables et en incitant aux pratiques recommandées.

Les limites du positivisme

Sans nier que l’utilisation raisonnée et non géocriminologique des méthodes d’analyse spatiale peut apporter des connaissances non négligeables et des évaluations importantes dans le cadre de la réduction des risques, leurs modèles explicatifs ont les limites importantes, car ils ne prennent pas en compte la complexité du fait social, des pratiques addictives, de l’illégalisation des consommations, de la marginalisation de certains usagers et du fait spatial urbain.

Les inquiétudes et enthousiasmes des associations de réduction des risques évoquées au début de ce texte ne relèvent pas (seulement) d’une critique ou d’une adhésion au positivisme de l’analyse spatiale, mais d’un autre problème : la question du destinataire des cartographies et de son projet politique, les approches criminologiques s’inscrivant dans un projet sécuritaire ; les approches épidémiologiques s’inscrivant dans un projet sanitaire.

2. Une approche de cartographie critique

La critique des méthodes d’analyse spatiale faite dans la première partie de ce texte s’inspire des arguments de la cartographie critique5. Elle questionne à la fois le positivisme et l’abstraction de l’analyse spatiale ainsi que le processus de production de cartes. La cartographie critique nous apprend qu’il n’existe pas de carte sans positionnement politique – implicite, inavoué, inconscient peut-être. Depuis la collecte des données jusqu’à la diffusion des visualisations, selon les acteurs impliqués, les moyens à leur portée et les finalités qu’ils poursuivent, les différentes étapes de la production cartographique ouvrent des brèches à des manipulations conscientes et à des biais non intentionnels.

Une cible particulière de la cartographie critique sont les cartes du crime6 – avec lesquelles les cartes de la drogue ont beaucoup de points communs. Cette critique poussée n’empêche pas le fait que la cartographie salue et encourage les démarches cartographiques alternatives qui au lieu du crime font de la surveillance ou de la répression l’objet de la cartographie. Il en va de même pour la drogue : ce n’est pas le fait de cartographier la drogue et ses pratiques, ni la cartographie en soi qui pose problème, mais la manière dont c’est fait.

Ancrer notre travail dans les réflexions épistémologiques et ambitions politiques émancipatrices de la cartographie critique nous permet de choisir des méthodes de travail qui échappent aux biais des cartographies habituelles de la drogue : positivisme, réification des pratiques, abstraction des processus sociaux, essentialisation de l’espace urbain.

Postulats et positionnement

Nous ne considérons pas l’espace urbain comme un terrain matériel (qu’il considéré comme géométrique, structuré par les infrastructures ou comme un environnement architectural et social), mais comme une production. Il est produit d’une part par les institutions politiques, publiques, associatives chargées de l’action publique et par les forces du marché immobilier ; d’autre part, par la multitude des pratiques et des vécus des groupes sociaux qui l’habitent et se l’approprient. Ce postulat géographique est issu de la géographie critique et sociale.

Nous réalisons des cartes dans le but de comprendre comment émotions et lieux sont associés par différents groupes sociaux autour des pratiques de la drogue. Nous ne souhaitons pas étudier la peur isolément des autres émotions (en particulier du plaisir), ni sans prendre en compte ses variations d’intensité, ni la vulnérabilité des personnes. De la crainte pour autrui à la peur issue de la victimisation, toutes les peurs ne sont pas à analyser comme un continuum. Ainsi, la peur n’est ni l’objet de notre questionnement, ni l’objet de nos cartographies.

Nous considérons que la meilleure information sur les pratiques de consommation, sur les émotions liées la drogue (consommée ou non) comme sur les espaces de vie et les mobilités urbaines est délivrée par celles et ceux qui pratiquent, ressentent et habitent les espaces urbains. Elles et ils savent ce qu’ils font, en connaissent les raisons, les contraintes, les dilemmes et les paradoxes.

Nous faisons l’hypothèse qu’une grande partie des problèmes identifiés par les acteurs publics autour de la consommation de drogue – à savoir les risques, conflits et peurs autour de l’usage des espaces publics et semi-publics – est en grande partie dû à l’insuffisance ou l’absence de ressources, dispositifs, lieux et d’information à disposition (localisée) des habitant-e-s et acteurs.

Les sources

Conformément à nos postulats, notre démarche est centrée sur les expériences des personnes impliquées, leurs émotions, leurs besoins, que nous recueillons en faisant des entretiens personnels avec dessin de cartes mentales. Nous n’avons pas recours aux deux catégories habituelles distinguant habitant (du quartier) et usager (de drogue). Cette catégorisation n’est pas souhaitable à plusieurs titre : premièrement, les deux catégories ne sont pas exclusives l’une de l’autre, car il est possible d’être les deux ou de n’être aucun ; deuxièmement, la distinction qui repose sur le postulat de deux groupes sociaux homogènes aux intérêts antagonistes n’est pas valable ; troisièmement, elle construit l’habitant du quartier comme « sujet (légitime) de la peur » et l’usager de drogue comme « objet de la politique ».

Préférant une approche de géographie sociale, nous considérons nos interlocuteurs sont les habitant-e-s d’un même espace qu’ils et elles s’approprient en y résidant, en y séjournant, en en utilisant des ressources et/ou en y menant différentes activités.

Le refus de la catégorisation binaire ci-dessus n’est pas un refus de différencier entre habitant-e-s. Au contraire, il nous semble fondamental de positionner chaque source dans ses groupes sociaux d’appartenance, en tenant compte des rapports de force qu’elle subit et des ressources dont elle dispose, des marginalisations et des vulnérabilités particulières de chacun-e. Il s’agit ainsi de prendre en compte une multitude de variables, au lieu d’une catégorisation binaire.

Les données

Le travail d’entretien avec ces sources nous donne accès à des données qualitatives riches et originales : au texte de l’entretien s’ajoute le dessin cartographique construit au fur et à mesure. Sous cette double forme, nous pouvons retracer les espaces de vie, les lieux associés à la drogue, les émotions associées à ces lieux – sans nous contenter de données sur les peurs urbaines de nos interlocutrices/teurs.

La saisie de ces données (suffisamment peu précise pour protéger l’anonymat) dans un SIG nous permet ensuite d’explorer la géographie émotionnelle de la drogue sur nos terrains urbains.

Visualiser et publier

Carte mentale dessinée et SIG ne sont que des étapes intermédiaires vers la visualisation dessinée de nos résultats. Celle-ci devra apporter beaucoup de soin au travail de légende et d’explication, afin que la carte soit lue comme un artefact, comme un processus, dont le point de vue devra être explicite.

Acteurs et destinataires

Dans une démarche de recherche appliquée, les destinataires de nos cartes sont en partie des destinataires institutionnels, tels les acteurs de terrain (associations de réduction des risques) et leurs tutelles et financeurs (mairie, Etat, instituions publiques). Nous souhaitons leurs proposer des visualisations qui mettent l’accent sur les besoins à remplir et qui permettent de passer à l’idée d’une réduction des risques pensée à l’échelle urbaine et pour une ville habitable par tous et toutes.


1 Rouvroy, Antoinette, et Thomas Berns. 2010. « Le nouveau pouvoir statistique: Ou quand le contrôle s’exerce sur un réel normé, docile et sans événement car constitué de corps « numériques »… » Multitudes 40 (1): 88. https://doi.org/10.3917/mult.040.0088

2 Didier, Emmanuel. 2011. « L’État néolibéral ment-il ?: « Chanstique » et statistiques de police ». Terrain, nᵒ 57: 66 81. https://doi.org/10.4000/terrain.14338.

3 Gruenewald, Paul J. 2013. « Geospatial Analyses of Alcohol and Drug Problems: Empirical Needs and Theoretical Foundations ». GeoJournal 78 (3): 443 50. https://doi.org/10.1007/s10708-011-9427-5.

4 Gorman, Dennis M., Paul J. Gruenewald, et Lance A. Waller. 2013. « Linking Places to Problems: Geospatial Theories of Neighborhoods, Alcohol and Crime ». GeoJournal 78 (3): 417 28. https://doi.org/10.1007/s10708-011-9425-7.

5 Raffestin, Claude. 1985. « La carte et le pouvoir : perspectives historiques ». Vermessung, Photogrammetrie, Kulturtechnik / Mensuration, photogrammétrie, génie rural 83 (6). https://doi.org/10.5169/seals-232594.

   Crampton, Jeremy W., et John Krygier. 2005. « An Introduction to Critical Cartography ». ACME: An International E-Journal for Critical Geographies 4 (1): 11 33.

   Joliveau, Thierry, Matthieu Noucher, et Stéphane Roche. 2013. « La cartographie 2.0, vers une approche critique d’un nouveau régime cartographique ». L’Information géographique 77 (4): 29 46. https://doi.org/10.3917/lig.774.0029.

6 Germes, Mélina. 2014. « Cartographies policières: La dimension vernaculaire du contrôle territorial ». EchoGéo, no 28. https://doi.org/10.4000/echogeo.13856.


Citer cet article : Mélina Germes, "Cartographie et drogues : enjeux théoriques et méthodologiques," in Drugs, Securities, Urban Policies, 21/01/2019, https://drusec.hypotheses.org/723, consulté le 05/12/2021

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.