La roue des émotions : construire une légende de carte mentale

Pour comprendre comment émotions liées à la consommation de drogue et lieux urbains sont associés, nous avons choisi de faire dessiner des cartes mentales en entretien à nos interlocutrices et interlocuteurs – habitant-e-s de la ville, qu’ils et elles consomment ou non des drogues, dans l’espace public ou privé. Ces cartes mentales représentent l’espace vécu, les lieux associés à la consommation de drogue et d’alcool et les émotions associées à ces lieux.

Pourquoi construire une légende a priori ?

Ces entretiens et leurs cartes mentales devant être réalisés par plusieurs chercheurs dans plusieurs contextes pour être discutés ensemble, nous avons mis au point un protocole composé d’une grille d’entretien semi-dirigé et d’une légende de carte mentale. Ce sont les bases sur lesquelles nous réalisons les entretiens de la manière la plus souple possible et qui garantissent de pouvoir faire des synthèses collectives de nos résultats, sous forme de codage des entretiens par exemple.

Notre démarche qui relève de la cartographie critique se différencie d’une approche de la carte mentale comme émanation de l’individu et de ses représentations à plusieurs titres :

  • Dessin cartographique et entretien sont indissociables : le langage oral, l’élaboration d’un résultat visuel, le geste du dessin sont à prendre en compte comme un tout, que ce soit lors de la transcription (en texte) ou lors de la numérisation (en information spatiale) de l’entretien.
  • La carte mentale est envisagée comme un outil de visualisation des pratiques, des expériences, des vécus – les émotions qualifiant les expériences et les vécus passés et expliquant les pratiques futures.
  • La carte mentale n’est pas une finalité, un résultat qui donnera lieu à des comparaisons entre individus, mais un document de travail, une étape préalable à la synthèse des données dessinées dans un SIG avec une approche qualitative.
  • Chaque carte mentale est une représentation qui vient enrichir et complexifier la représentation urbaine des vécus et émotions attachées aux lieux urbains d’une diversité de groupes sociaux et aux relations des lieux entre eux.

Se limiter à un code couleur

Dans les discussions qui nous ont animé, les arguments contre l’utilisation d’une légende n’ont pas manqué. N’est-ce pas une manière d’imposer lors de l’entretien nos catégories et notre esthétique à nos interlocuteurs et interlocutrices ?

Oui, demander de respecter une légende pour dessiner la carte mentale est une contrainte formelle, mais aussi un des multiples processus par lesquels nous exerçons dans le travail d’enquête cette contrainte épistémique qui demande à l’enquêté-e d’entrer dans les catégories, les formulations, les postulats, les manières de penser qui sont fixées et posées dans les protocoles de recherche.

Oui, établir au préalable une légende pour toutes les cartes mentales nous empêchera de laisser libre cours à la créativité et à l’inventivité des enquêté-e-s, à leurs manières de faire et de s’exprimer, qui pourraient être si signifiantes, si enrichissantes et nous permettre de mieux les comprendre. Et ce, d’autant plus que ce sont des émotions que nous souhaitons cartographier – dans le domaine du sensible définir a priori une légende guidant l’expression (carto)graphique peut sembler un non-sens.

Conscientes des problèmes posés par la réalisation d’une légende, nous avons décidé de nous limiter à légender au préalable seulement ce qui est indispensable pour que la synthèse des cartes mentales soit possible : la couleur. Ainsi, nous avons réservé le noir au dessin de l’espace vécu et des différents lieux évoqués en entretien, et sélectionné six couleurs correspondant à une palette d’émotions. La sémiologie des formes, des tailles, le rôle de l’écriture, tous ces autres éléments sont laissés à l’appréciation des interviewé-e-s.

UN choix de six couleurs

L’association d’émotions à des couleurs est une pratique très fréquente, qui, selon les normes du temps et les goûts des auteurs, attribue arbitrairement des significations émotionnelles à des nuances de couleurs particulières. L’avantage des couleurs, qui varient en teinte, en saturation, en luminosité, est d’être aussi difficile à catégoriser que les émotions. Pour des raisons sémiologiques et de simplicité de réalisation des cartes, nous avons décidé de nous limiter à six couleurs et à six émotions. Nous avons choisi les trois couleurs primaires (bleu, jaune, rouge) et trois couleurs intermédiaires (orange, violet, vert).

Une roue des émotions

Le but de l’approche par les émotions est de permettre de saisir une diversité d’émotions qui ne se limitent pas au seul “sentiment d’insécurité”, notion lourde de préconstruits politiques et proposent une approche plus complexe. En même temps, nous simplifions outrageusement les émotions ressenties par les enquêtés, leurs expériences vécues et cadrons très étroitement ce qu’ils et elles peuvent nous dire. Ce ne sont pas les émotions pour elles-mêmes qui font l’objet de notre recherche, elles sont plutôt un outil pour comprendre les vécus et les pratiques d’une diversité de personnes dans des lieux urbains, autour des pratiques de drogue. Par conséquent, certaines émotions nous intéressent plus que d’autres – toutes en relation avec la consommation de drogue et avec des lieux particuliers.

La drogue est associée au plaisir et au manque, au mépris et au danger. Les émotions liées à la drogue peuvent être très variées. Nous avons choisi de représenter des émotions positives et négatives, dans des intensités variables, en fonction de nos questionnements et de nos intérêts de recherche. Ni le choix des émotions, ni l’attribution des couleurs de travail ne repose sur des théories psychologiques ou esthétiques : il s’agit d’une pure convention mise en œuvre dans ce projet. Ainsi, détente et tranquillité, plaisir et joie puis bonheur représentent trois gradients d’intensités d’émotions positives. De même, l’inquiétude et le souci, le dégout, puis l’hostilité et l’agression représentent trois gradients d’intensité d’émotions négatives.

Cette palette d’émotions, qu’il a fallu établir en français et en allemand (avec traduction en anglais), permet de montrer l’ambivalence de certains moments ou de certains lieux, où émotions positives et négatives sont associées. Elle permet également d’exprimer une diversité d’émotions et de situations qui relèveraient uniformément du “sentiment d’insécurité”. Elle est à compléter et complexifier avec les apports du texte de l’entretien, qui permet de distinguer à qui s’adressent les sentiments négatifs : une crainte/répulsion pour soi, pour d’autres, ou crainte/dégoût/hostilité des autres.

Pour la présentation graphique de cette légende nous avons adopté une représentation circulaire. L’avantage de cette roue est de permettre de signifier la grande diversité et la continuité des émotions en suggérant les dégradés de couleur. Ainsi, les termes que nous avons choisis dans les trois langues de travail pour désigner les émotions ne sont pas réifiés ni essentialisés, mais désignés comme des formulations contingentes qui peuvent être remises en question, formulées autrement. L’œil est invité à reconstruire la diversité des émotions possibles.

La roue est orientée entre deux pôles de faible intensité (+ / -) et d’intensité maximale (+++ / – – -) et séparée en deux hémisphères (émotions positives et émotions négatives), de manière à rendre lisible la façon dont nous avons construit le choix des émotions. La représentation circulaire nous permet de ne pas proposer d’orientation spéciale à la légende, sans haut ni bas, sans début ni fin, sans d’abord ni après. Lors du dessin, les interviewé-e-s sont invité-e-s à la manipuler et à la tourner comme bon leur semble.

Légende de couleurs pour coder les émotions lors du dessin des cartes mentales. Réalisation : DRUSEC, 2018

L’utilisation de la roue des émotions en entretien

Lors de l’entretien, nous annonçons que nous allons dessiner une carte et que nous inviterons notre interlocuteur/trice à suivre les différentes étapes au fur et à mesure.

  • La première partie de l’entretien est consacrée au récit et dessin de l’espace vécu.
  • La deuxième partie, au récit des expériences faites autour de la consommation de drogue (en tant que consommateur/trice ou tiers) dans les lieux de l’espace vécu.
  • La troisième partie, au coloriage des lieux dessinés sur la carte en fonction des émotions.

Nous introduisons la troisième partie de l’entretien en présentant la roue des émotions, la palette, ses orientations. Nous mettons à disposition les six feutres correspondant et demandons à la personne interviewée d’associer des émotions à des lieux en coloriant la carte.

Lors de la pratique des entretiens, nous avons constaté que le fait d’avoir déterminé à l’avance une légende avec un nombre restreint d’émotions auquel sont associées quelques couleurs facilite et simplifie le travail des personnes. Tant les couleurs que les émotions sont clairement distinguées. Elles hésitent, bien sûr, à qualifier et coder leurs émotions selon la légende ; il s’agit toujours d’un travail de simplification, qui nécessite une réflexivité de la personne concernée, des choix méthodologiques des “seuils” qui lui permettent de discriminer elle-même entre les trois grades d’intensité émotionnelle.

Utilisation de la légende des émotions en entretien – Berlin, novembre 2018 (Mélina Germes)

Nous avions discuté en amont de la possibilité de laisser les personnes s’exprimer librement, sans noms d’émotions et sans légende de couleurs, pour ensuite, au moment de la transcription et saisie dans le SIG, catégoriser nous-même les émotions selon nos critères. A première vue, cette solution aurait eu pour avantage de minimiser la brutalité épistémique de la démarche. Mais elle nous aurait donné tout pouvoir de réinterpréter ces émotions à notre guise, dans un cadre normatif dont les catégories sont restées inconnues aux personnes interrogées.

L’avantage d’avoir défini la légende en amont et de demander aux personnes de s’exprimer et de cartographier en fonction de nos catégories pré-établies est qu’elles sont maîtresses du travail de catégorisation et des simplifications, abstractions et réductions qu’il imposent. Elle connaissent les catégories pré-établies sans pouvoir les modifier, mais en ayant la possibilité de faire des compromis elles-mêmes. Elles sont conscientes que leur contribution individuelle viendra grâce à cela enrichir une collection de données et les analyses que ces données permettront.

Citer cet article : Mélina Germes, "La roue des émotions : construire une légende de carte mentale," in Drugs, Securities, Urban Policies, 15/01/2019, https://drusec.hypotheses.org/665, consulté le 23/09/2020

1 thought on “La roue des émotions : construire une légende de carte mentale

  1. Pingback: Cartographie et drogues : enjeux théoriques et méthodologiques | Drogues, Sécurités, Politiques urbaines

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.