Identifier les besoins en réduction des risques à Berlin

Au coeur de la fabrique institutionnelle des savoirs spatiaux

Dans le cadre du projet DRUSEC je réalise des enquêtes à Berlin autour des salles de consommation à moindre risque, en travaillant en collaboration avec l’équipe du projet NUDRA, chargé par le Land de Berlin d’un diagnostic et de recommandations de bonnes pratiques – et devant mettre en œuvre, entre autres, des méthodes cartographiques.

Politiques urbaines et drogue à Berlin

La consommation de drogues à Berlin a toujours été très importante depuis la Belle Époque, tout au long de la Guerre Froide et depuis la chute du mur. Le trafic des substances, le tourisme de consommation de drogue, les consommations festives et les addictions sévères ont depuis au moins un siècle habité la ville et fait partie de son rayonnement.

Depuis 1990 et de manière croissante depuis une quinzaine d’années, les communes-quartiers de Berlin sont exposées une à une à la spéculation immobilière, la hausse des prix, la relégation des habitants. Débutant à Mitte dans les années 1990, puis à Prenzlauerberg, touchant Kreuzberg et Friedrichshain dans les années 2000, s’attaque désormais à Neukölln, Wedding, Pankow, jusqu’ici des quartiers très populaires, aux loyers bon marché. Dans certains quartiers, les nouveaux loyers ont doublé en dix ans, reléguant progressivement les habitant-e-s les plus précaires à la périphérie. Le nombre d’appartements de vacances explosent et les appartements disponibles à la location deviennent rares. Les quartiers populaires et festifs sont particulièrement touchés. Le nombre de personnes vivant à la rue est très important, qu’il s’agisse de nouveaux arrivants d’Europe de l’Est ou de plus loin, ou de berlinois-es sans ressources qui ont perdu l’accès à un logement.

Depuis les années 70-80, Berlin était confrontée comme de nombreux autres Etats européens à de gigantesques scènes ouvertes de consommation de drogue. Le terme de « scène ouverte » désigne la consommation de drogues dans l’espace public urbain par de nombreuses personnes dans les mêmes lieux urbains. Ces scènes ouvertes qui résistaient à la répression posaient un problème sanitaire croissant avec les overdoses et les contaminations au VIH, et un problème d’ordre public du fait de l’insécurisation des riverains. Le Land de Berlin, suivant d’autres villes et Etats, a décidé il y a une trentaine d’années d’assouplir ses mesures répressives en privilégiant une approche de réduction des risques, et en particulier, en ouvrant une puis plusieurs salles de consommation à moindre risque (Konsumraum). Aujourd’hui il existe seulement trois de ces espaces dans l’ensemble de l’agglomération. La discussion sur l’ouverture d’autres salles n’a jamais cessé, mais selon les partenaires impliqués, les communes, les quartiers envisagés, aucun autre des projets discutés n’a pu aboutir.

L’origine du projet NUDRA

Berlin, début septembre 2018 : un enfant de six ans se pique avec une seringue infectée au HIV sur un terrain de jeu proche de Moritzplatz, un quartier de Berlin où les logements sociaux et les immeubles anciens se côtoient, où les prix des loyers comme le tourisme festif augmentent en flèche – à une station de métro de la Kottbusser Tor, connue pour être un lieu de deal et de consommation de drogues et surveillée de plus en plus étroitement par la police.

Alors que les parents attendent fiévreusement pendant 6 semaines de savoir si l’enfant est porteur du HIV, le débat public s’empare de la question.

Le bailleur social, propriétaire des lieux, rapporte avoir essayé depuis cinq ans et sans succès de repousser les consommateurs et consommatrices de drogue qui ont fait de ces terrains de jeux entre les grands ensemble un lieu de rencontre et de consommation régulières. Il évoque la possibilité de renforcer la présence des forces de sécurité1. Un député de la CDU, parti conservateur, demande à ce que les services d’entretien visitent et nettoient les espaces concernés plusieurs fois par jour si nécessaire2.

Parallèlement, les coordinateurs et coordinatrices de l’aide à la lutte contre les addictions (Suchthilfekoordinatoren) attachés aux communes du Land de Berlin s’adressent au Sénat en soulignant le problème posé par les consommations dans l’espace public, les déchets abandonnés et parfois dangereux, et l’absence de réponse publique. Grâce à leur intervention, le Sénat de Berlin lance une large étude des consommations, de leur géographie dont le résultat doit être de proposer aux différents intervenants des bonnes pratiques efficaces pour résoudre ce problème. Il s’agit du projet NUDRA, mené au sein de la structure de réduction des risques FIXPUNKT. L’équipe NUDRA est composée de personnes issues de filières et carrières sociales et scientifiques, ayant une longue expérience de travail dans l’aide aux addictions (sur le terrain berlinois, dans la coordination de projets et l’évaluation) et une expérience de planification urbaine.

Une coopération NUDRA-DRUSEC

En novembre 2018 je fais connaissance du projet et de ses collaborateurs et collaboratrices alors qu’il vient de commencer. Une des missions de NUDRA est de proposer une cartographie d’aide à la décision, qui représente des données sur les pratiques de consommation de drogue dans l’espace public berlinois et permettent de déterminer quel type de réponses apporter, des connaissances transférables et applicables par le Sénat, les communes de Berlin, la police berlinoise, les structures de réduction des risques et autres intervenants.

Nous commençons à travailler ensemble. Nous avons utilisé la méthode EMO-MAPPING pour faire une première série d’entretiens exploratoires, répondant aux questions des deux projets, et centré sur l’identification des besoins des client-e-s d’une salle de consommation à moindre risques.

Cette collaboration avec le projet NUDRA offre plusieurs perspectives :

  • Elle me permet de bénéficier de l’immersion dans le travail quotidien d’une salle de consommation à moindres risques et de réaliser des entretiens avec les « client-e-s » dans des conditions optimales, favorisant leur implication et leur confiance.
  • Elle me permet de tester l’outil méthodologique de DRUSEC en conditions réelles, en le mettant à l’épreuve des attentes de l’équipe de NUDRA et à celles des commanditaires, tout en conservant la réflexivité du processus de recherche. Les besoins de connaissance des acteurs impliqués peuvent ainsi être questionnés, reformulés, et une méthodologie applicable peut être proposée.
  • Elle me permet d’observer comment les savoirs spatiaux sont un enjeu entre le Sénat de Berlin, les coordinateurs de l’aide contre l’addiction, les structures de prévention et de réduction des risques, la police, et les autres acteurs impliqués.
  • L’existence du projet NUDRA et de son équipe permet de faire des traductions entre la commande politique (Sénat), les praticiens de terrain (FIXPUNKT) et le travail de recherche (DRUSEC).

1 https://www.berliner-kurier.de/berlin/kiez—stadt/spielplatz-albtraum-5-jaehriger-tritt-in-hiv-verseuchte-spritze-31223144

2 https://www.rbb24.de/panorama/beitrag/2018/09/kind-tritt-in-spritze-hiv-berlin-kreuzberg–.html


Citer cet article : Mélina Germes, "Identifier les besoins en réduction des risques à Berlin," in Drugs, Securities, Urban Policies, 15/01/2019, https://drusec.hypotheses.org/627, consulté le 21/10/2021

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.