Fêtes, alcools et stupéfiants à La Rochelle

L’enjeu de l’accumulation festive

Dans le cadre du projet DRUSEC, j’ai choisi de m’intéresser à la ville de La Rochelle. Je me consacre à l’analyse des liens entre la fête et les consommations de drogue et d’alcool. Cette agglomération est le théâtre régulier de rassemblements de personnes et de consommations de type festives entraînant des prises de risques. Ses espaces structurés et hétéroclites, ses caractéristiques comme son port et son tourisme, font de cette ville un terrain approprié à une recherche sur les pratiques festives sous l’angle de l’addiction aux psychotropes.

Cette ville littorale et festive comptabilise 75000 habitants en 2015[1]. Un quart d’entre eux, la plus importante partie de la division par âge, sont des individus âgés de 15 à 29 ans, dont un grand nombre d’étudiant.e.s. Elle se compose de plusieurs quartiers dont deux sont touristiques et un davantage résidentiel.

Des espaces segmentés entre vente, consommation de drogues et consommation d’alcool

Source : Touriste et géographe à La Rochelle, Juillet 2017, CLG

  • Un centre-ville proche de la mer regroupant la plupart des activités festives et touristiques dues à un patrimoine naturel et architectural riche. Il est fréquenté par un public varié s’adonnant aux plaisirs locaux tels que les bars et établissements nocturnes. Ce dernier se caractérise par une forte consommation d’alcool. Le quartier des Minimes est résidentiel mais constitue également le plus grand port de plaisance d’Europe.

Source : Plan de conseils de secteurs, Juillet 2011

  • Des quartiers résidentiels inscrits dans la périphérie, pour la plupart, des zones urbaines sensibles comme Villeneuve-les-Salines, Mireuil, Laleu, La Pallice et les Rossignolettes.
  • Un quartier portuaire qui est situé à l’ouest du centre. Les quartiers périphériques sont réputés pour leur trafic et leur consommation de psychotropes.

Des espaces festifs différenciés

Ville portuaire et touristique, celle que nous appelons la porte océane est une ville touristique. Le tourisme balnéaire attire environ 3 millions de personnes par an dont 600 000 personnes pour le tourisme événementiel. La municipalité de la Rochelle souhaite entretenir son image de ville festive et lieu de rencontres. L’agglomération est rythmée par une alternance estival/hivernal caractérisée par les festivals ponctuels et les pratiques festives estudiantines régulières tout au long de l’année. Cette caractéristique imprègne la ville, ses professionnels et ses actions. Effectivement, La Rochelle offre plusieurs alternatives aux usagers festifs de l’espace public. Ils peuvent s’adonner à des fêtes communes et régulières ou à d’autres davantage éphémères et spécifiques. Toutes deux des pratiques festives s’organisant dans le centre-ville, ils transforment et façonnent la ville selon les périodes.

Il s’y trouve donc deux types d’espaces festifs :

  • Les espaces réguliers que sont les fêtes privées ou publiques au sein des bars, des discothèques ou dans l’espace public.
  • Les espaces éphémères de pratiques festivalières ponctuels et récurrents.

L’espace festif régulier est momentanément constitué de personnes habitantes et/ou étudiantes qui, du jeudi au dimanche, investissent les lieux de pratiques festives du centre-ville notamment le Cour du Temple et les quais. Une alcoolisation massive est présente, accompagnée par une consommation de stupéfiants qui toutes deux sont perçues, dans l’imaginaire collectif, comme inhérentes à la fête. Inorganiques, ces fêtes ne sont liées à aucun événement particulier. Elles se déroulent en deux temps. Elles débutent dans un espace privé que sont les appartements ou les cités universitaires souvent dans le but de consommer moins cher. Entre 22h et 1h du matin, les personnes se dirigent vers les espaces de rencontres comme l’espace public du centre-ville, les plages ou les établissements nocturnes comme les bars et les discothèques. Ces espaces sont surveillés, de manière ponctuelle, par des patrouilles et des maraudes.

L’espace festivalier, également en centre-ville, est investi par les usagers festifs lors d’évènements spécifiques. Les manifestations emblématiques sont liées aux domaines musical, sportif et culturel. Le plus réputé de tous est le festival des Francofolies. Ce dernier est organisé chaque année du 10 au 14 juillet et fait partie des 9 festivals de France les plus fréquentés. Un tiers des usagers de ce festival proviennent d’un rayon de plus de 250 km et 17% font plus de 500 km. Ainsi, ce dernier est constitué d’un public différent de celui engendré par les fêtes régulières. Le festival attire des personnes assez jeunes, plus de la moitié des visiteurs ont moins de 30 ans.  Pour citer d’autres rassemblements, La Rochelle accueille le Grand Pavois, un salon nautique, deux festivals de jazz en octobre, le Red Bull Cliff Diving, rassemblement sportif pour le championnat de plongeurs qui attire 75 000 personnes en avril, le festival du film en juin réunissant 85 000 personnes mais également les championnats de rugby, symbole rochelais. La période de festival la plus active en France est celle de juin à août. Contrairement aux fêtes régulières, les espaces festivaliers sont contrôlés par les organisateurs et la municipalité.

Avec une politique de valorisation des temps forts nocturnes à l’occasion des festivals, la municipalité rochelaise tient à conserver son image de ville festive et paisible. En cela, la diminution des consommations d’alcool et de drogue a été construit comme un enjeu primordial. Depuis 2010, les élus tendent à se détourner de l’approche centrée sur la tranquillité publique afin de se préoccuper davantage de l’impact sanitaire des consommations. Pour cela, ils constituent une charte de la vie nocturne et créent un programme d’action sur la « modération des plaisirs » liés aux consommations à destination des jeunes. Effectivement, si ces fêtes étudiantes sont présentes dans de nombreuses villes en France et à l’étranger, la ville de La Rochelle cumule les fêtes régulières aux fêtes ponctuelles qu’elle organise.

Les pratiques festives des sortants nocturnes sont hétérogènes car elles dépendent du cadre, du lieu, de l’âge du public mais également du moment festif. Les fêtes sont rythmées par les caractéristiques des usagers mais également par la municipalité qui les soutient et par les organisateurs. L’usage de drogues est inscrit dans l’espace urbain à travers des lieux spécifiques. Les espaces publics et semi-publics sont utilisés par les usagers.

Pour ces différents types de lieux, Le travail de terrain auprès de différents publics est partagé entre une multitude d’intervenants. Des structures en réseau consacrent leur travail à l’aide aux personnes consommatrices de drogues que l’usage soit régulier ou non. Ainsi, une pluralité d’acteurs sont présents sur ce espace afin d’encadrer ou d’aider ces consommateurs : la municipalité dont la police municipale, la police nationale, l’AFEV (Association de la Fondation Étudiante pour la Ville), l’Altea Cabestan en charge du Samu social, le CSAPA (Centre de Soin et d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) Tremplin 17 et le CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour les Usagers de Drogues) AIDES.

Une multitude d’acteurs pour deux types d’espaces festifs

Des intervenants spécifiques au milieu festif

Pour l’organisation des pratiques festives, la municipalité met à disposition des usagers de l’espace public nocturne deux intervenants en prévention des risques liés aux consommations. Leur présence sur le terrain a pour objectif la sécurisation de l’espace public face aux risques liés aux consommations (sécurité, nuisances) et le renforcement de la médiation entre les différents acteurs de la vie nocturne (les gérants des établissements nocturnes, les résidents/riverains, les individus pratiquant (rationnellement) la fête). Les intervenants en prévention de la mairie de La Rochelle interviennent tout au long de l’année. Néanmoins, ils sont davantage mobilisés le jeudi et le week-end ainsi que sur la période estivale en raison des fêtes estudiantines mais également des festivals.

Plusieurs actions sont menées par la police municipale ainsi que la police nationale dans le cadre festif. Si les festivals ont toujours été encadrés par ces professions, ils entrent de plus en plus sur les espaces festifs éphémères et inorganiques. La loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et territoires) a entraîné l’insertion de cette ville dans le réseau Villes Santé de l’OMS qui permet aux élus de pouvoir, par une reconnaissance de l’échelon locale, s’engager, dans la politique de santé publique locale. Un dernier acteur intervient dans le cadre des festivals : l’AFEV. Elle met en place des outils de prévention comme le FACE, la distribution d’eau gratuite, les réglettes d’alcool et des dépliants. Pour accompagner cette approche préventive, elle mobilise des équipes mobiles lors des pratiques festives éphémères afin de se rapprocher du public concerné par les consommations. Tous les acteurs cités ci-dessus se concentrent uniquement sur la consommation d’alcool et sont les seuls intervenants dans les festivals de ce territoire. Les piliers de cette prévention des pratiques festives sont les acteurs de la municipalité. A travers la communication locale, ils possèdent une forte capacité de diffusion. En 2011, ils ont entrepris une campagne sur l’alcoolisation massive (Affiche ci-dessous). Par cette capacité, ils ont pu développer leurs affiches et leurs outils de manière plus globale.

Des interventions non spécifiques

Si cette vision est davantage préventive et sécuritaire, d’autres intervenants  s’inscrivent dans une démarche de réduction des risques et d’aide aux plus démunis. Le Samu social est composé de 6 membres permanents et de plusieurs dizaines de bénévoles. Ces derniers distribuent vivres, couvertures mais également parfois du matériel de réduction des risques selon leurs arrivages. Ils sont en relation étroite avec le CSAPA associatif du fait de leur grande connaissance du terrain par les maraudes. En effet, le CSAPA associatif Tremplin 17 reste l’un des deux piliers de la RDR sur ce terrain. Cette structure est située de manière non anodine proche de la gare et du centre-ville. Ses membres se déplacent dans les établissements rochelais et dans les autres structures des villes attenantes. La dernière structure intervenant auprès de ces usagers de drogues est le CAARUD.

Face à ces deux types de lieux plusieurs acteurs sont mobilisés en fonction de leurs les représentations dominantes. Si les acteurs de la réduction des risques s’occupent davantage des périphéries et de la précarité, les intervenants liés à la mairie et à la police nationale entretiennent et contrôlent les festivals éphémères et les fêtes du centre-ville.

[1]Source : Insee, CLAP (connaissance locale de l’appareil productif) en géographie au 01/01/2015


Citer cet article : Elora Fahlke, "Fêtes, alcools et stupéfiants à La Rochelle," in Drugs, Securities, Urban Policies, 10/01/2019, https://drusec.hypotheses.org/501, consulté le 25/01/2021

1 thought on “Fêtes, alcools et stupéfiants à La Rochelle

  1. pierre coupiat

    Bonjour Elora, je suis très étonné que dans votre recherche, il ne soit jamais question de la recherche relative aux pratiques festives des jeunes sur La rochelle en 2011. En effet, j’ai mené cette action/recherche avec mon collaborateur pendant plus d’un an. Cette action/recherche est à votre disposition si vous le souhaitez.
    Pierre Coupiat Dr en sociologie

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.