La réduction des risques à Bordeaux

Une implantation ancienne des dispositifs de réduction des risques

J’étudie au sein du projet DRUSEC comment la mise en œuvre des dispositifs de réduction des risques liés à la consommation de drogue (RDR) dans l’espace participe à fabriquer la ville. La fabrication de la ville est le fait de la conjoncture de plusieurs éléments dont l’urbanisme, les pratiques habitantes, les pratiques institutionnelles et les discours sur la ville. Les principales mesures de mise en œuvre de la politique de RDR en France, qui se développe depuis les années 90 suite à l’épidémie de sida, se fait principalement via les CSAPA (Centres de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) et les CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques des Usagers de Drogues).

Bordeaux est une ville du sud-ouest de la France qui compte 250 000 habitants intra-muros et 775 000 pour sa métropole. C’est une ville étudiante et touristique, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et dont l’attractivité ne faiblit pas depuis le début des années 2000. Comme dans toutes les grandes métropoles, on y trouve de la drogue : des lieux de vente et de consommation de stupéfiants mais également une consommation d’alcool dans les espaces publics assez importante, en raison notamment de sa population étudiante.

Une des associations des RDR à Bordeaux, le CEID (Comité d’Étude et d’Information sur la Drogue et les addictions), œuvre depuis 45 ans auprès des usagers, ce qui fait de cette ville un lieu où l’expérience et l’expertise est particulièrement précieuse pour le projet DRUSEC qui mène une recherche appliquée. Une des autres raisons du choix de cette ville est qu’elle devait être un des lieux d’expérimentation d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR). Essayer de comprendre pourquoi celle-ci n’a pas vu le jour reste une question intéressante et fera l’objet d’un autre billet. Après une mise en contexte rapide, je présenterai les deux principales structures de RDR à Bordeaux : le CEID et la Case.

Les consommations

A Bordeaux, les produits disponibles sont globalement les mêmes que sur l’ensemble de la France métropolitaine. Concernant les tendances récentes connues notamment grâce au dispositif TREND (Tendances Récentes et Nouvelles Drogues) de l’OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies), outre l’alcool qui est en ventre libre, le premier produit illicite consommé est le cannabis sous forme d’herbe plus que de résine.

Vient ensuite la cocaïne qui est de particulièrement bonne qualité à Bordeaux, avec des taux de pureté pouvant dépasser les 80% – ce qui n’est pas sans risque pour les usagers, comme le montre l’augmentation du nombre de décès dus à des overdoses de cocaïne. Ce produit est consommé par toutes les catégories sociales. Depuis ces dernières années, la disponibilité de la cocaïne est en hausse, tandis que son prix est en baisse, autour de 50 euros le gramme à Bordeaux. En dehors de la métropole, et notamment en zone rurale, les prix sont plus élevés (plutôt autour de 80 euros/g sauf exception); ils peuvent même exploser en contexte festivalier en milieu rural l’été (100 voire 120 euros le gramme a été constaté au festival Musicalarue à Luxey dans les Landes).

Si le crack (cocaïne basée) défraie moins la chronique à Bordeaux qu’à Paris, sa consommation est présente et en augmentation. Les autres produits dont la consommation est fréquente sont la MDMA, les opiacés (dont l’héroïne), les amphétamines (speed) et les NPS (nouveaux produits de synthèse, surtout des cathinones à Bordeaux, qui sont particulièrement prisés dans le cadre du chemsex[1]).

Parmi les usagers pris en charge par les structures de RDR, la plupart consomment les produits sur le mode de l’injection que ce soit des stupéfiants, des TSO (traitement de substitution aux opiacés) ou des médicaments. Pour ces usagers la polyconsommation (alcool, stupéfiants, médicaments) est quasi systématique. Les usagers fréquentant les CAARUD vivent souvent dans une très grande précarité et beaucoup dorment à la rue ou en squat. Les injections peuvent donc avoir lieu dans les espaces publics ou semi-publics (rue, parking, entrées d’immeuble, toilettes publiques). La consommation de drogue implique l’achat et vente. Localement, les lieux de deal sont aussi bien présents dans l’hyper-centre que dans les quartiers péricentraux ou en périphérie. Les achats se font aussi de plus en plus sur le darknet.

La réduction des risques

Les consommateurs de drogue dépendants peuvent être pris en charge en milieu hospitalier ou dans des structures médico-sociales. Selon le parcours de prise en charge et le profil de l’usager, plusieurs dispositifs existent : des structures ouvertes en journée telles que les CSAPA (qui peuvent être hospitaliers ou associatifs et où se fait la délivrance de traitements de substitution), les CAARUD, mais aussi des communautés thérapeutiques ou des appartements diffus.

Il existe plusieurs structures de RDR à Bordeaux. Deux d’entre-elles sont particulièrement actives et reconnues pour la prise en charge des personnes dépendantes en grande précarité : le CEID dont le premier lieu d’accueil a ouvert en 1973 et la Case, qui est une association issue du programme de RDR de Médecins du monde qui a été fondée en 2006. D’autres structures et des médecins libéraux accueillent les personnes mieux insérées ou plus dépendantes de l’alcool (telle que l’ANPAA, l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie).

Bordeaux devait être l’une des trois villes françaises avec Paris et Strasbourg à tester la salle de consommation à moindre risque (SCMR) mais après plusieurs années de débats, cette dernière ne verra finalement pas le jour. Ces SCMR qui font tant débat en France sont pourtant implantées de longue dans d’autres pays, dont en Allemagne, autre terrain des recherches du projet DRUSEC.

Présentation du CEID

Le CEID, qui œuvre depuis 45 ans à Bordeaux a commencé avec l’ouverture d’une « boutique » à bas seuil qui se rapprochait du modèle des free clinic hippies californiennes que l’on trouvait alors dans les années 1970. L’évolution des consommations et l’apparition du SIDA ont participé à modifier son organisation et son mode de fonctionnement. L’association, dont les bureaux sont à Pey Berland, dispose sur la commune de Bordeaux de deux CSAPA ambulatoires :

  • Le centre Maurice Serisé (du nom du professeur à l’origine de la fondation de l’association) à Saint Pierre (quartier où a été ouvert la première boutique)
  • Le centre Planterose dans le quartier Saint Michel

Le centre Planterose est également un CAARUD dont le personnel accueille et accompagne les usagers dans leurs démarches, distribue du matériel et propose douche et machine à laver. C’est surtout un lieu refuge, d’accueil et d’écoute où les usagers viennent discuter avec l’équipe autour d’un café.

Le CEID propose aussi un suivi avec hébergement (des CSAPA résidentiels) :

  • Individuel en appartements thérapeutiques à Bordeaux,
  • Collectif avec trois centres en Gironde :
    • Le Centre Thérapeutique Résidentiel de Bègles (dans la banlieue bordelaise)
    • La Communauté thérapeutique du Fleuve (en milieu rural proche de Langon)
    • La Ferme Merlet (en milieu rural proche de Libourne)

Il existe enfin une structure spécialisée dans l’accueil des jeunes consommateurs (moins de 25 ans), CAAN’abus située dans le quartier Saint Paul.

Via ces différents centres, le CEID accueille un public varié, mais l’essentiel des personnes prises en charge sont très précaires et marginalisées. Ainsi une partie des actions de l’association, outre la réduction des risques liée aux consommations, est axée sur l’accès aux soins, aux droits et à l’insertion par le biais de dispositifs tels que TAPAJ (travail payé à la journée) et les chantiers du fleuve.

Présentation de la Case

La Case est la seconde association bordelaise dont les actions ciblent particulièrement les usagers de produits stupéfiants très précarisés. Issue du programme de RDR de Médecin du Monde, elle a été fondée en 2006 lors de la création des CAARUD et a ouvert son premier lieu d’accueil en 2007. Son local est désormais situé en centre-ville, à proximité du cours Victor Hugo et de la grosse cloche. Comme le CAARUD de Planterose, il s’agit d’un accueil à bas seuil qui accueille les usagers de drogues dans une démarche d’accompagnement à l’accès aux droits, de prévention, de soin, d’accès à du matériel stérile à des douches et des lave-linges. Les équipes font des maraudes en rue et en squat deux fois par semaine et mènent une action collaborative de ramassage des seringues dans l’espace public avec les usagers et un personnel municipal. L’association intervient également auprès des prostituées et des personnes incarcérées à la prison de Gradignan. Elle a aussi un service d’appartements thérapeutiques (14 places) destinés aux personnes atteintes d’une affection chronique grave (hors addiction ou pathologie psychiatrique seule, 8 places dont une place mère-enfant) et aux sortants de prison (6 places).

Les lieux de réduction des risques dans le tissu urbain bordelais

Ces deux associations sont localisées dans l’hyper-centre, dans les quartiers de Saint Pierre, Saint Michel et St Eloi/St James, à proximité des lieux de vente et/ou de consommation de drogue dans des espaces publics ou semi-publics (rues, parkings, toilettes publiques, entrées d’immeubles) et à proximité des lieux de vie de certains consommateurs fréquentant ces structures (parkings, squats et lieux où ils font la manche).

Ces associations sont dans une logique de lieux réservés aux usagers dépendants et sont plus ou moins visibles et ouvertes sur l’extérieur. Ainsi, un des CSAPA du CEID est situé dans une ruelle commerçante à Saint Pierre, dans un immeuble identique à ceux du quartier, entre un magasin de vêtements et un restaurant. Sa présence et son activité ne se devinent pas et seule une plaque discrète indique qu’il s’agit du centre Maurice Serisé. Il est ouvert aux heures de bureau. Les usagers qui le fréquentent sont, pour beaucoup, relativement insérés et viennent plutôt sur rendez-vous (même s’il est possible d’y aller sans). Ses abords ne sont pas occupés par des personnes marginalisées ou stigmatisées en raison de leur apparence et qui pourraient attirer le regard ou interroger par leur présence.

D’un point de vue architectural et de l’implantation dans le tissu urbain de son voisinage, le CAARUD de la Case passe lui aussi inaperçu dans ce quartier commerçant et touristique. L’association occupe un très bel immeuble à un angle de rues dont on pourrait penser que derrière les vitres recouvertes de film occultant se déroulent des activités de bureau. Son implantation en 2012 dans ce quartier rénové, après 10 ans passés à Sainte Croix, ne s’est pas fait sans difficultés : nombreux étaient les riverains et les commerçants méfiants voire en colère et les réunions d’information n’ont pas réussi à apaiser les craintes de tous. Parmi les causes de ce rejet, la crainte que les usagers qui fréquentent les lieux nuisent au commerce et à l’image du quartier. Comme à Saint Pierre, les locaux ne sont pas ouverts sur la rue. Toute personne voulant y entrer doit sonner, attendre qu’on vienne lui ouvrir et justifier sa présence, notamment d’une consommation de stupéfiants « problématique » dans le cas des personnes désirant avoir accès aux services du CAARUD (soins, douche, machine, café, etc.).

Il y a bien des personnes dont la précarité est visible à proximité de la Case mais leur présence n’est pas une indication de l’existence et de l’activité de la structure. En effet, l’association se trouve à quelques mètres du cours Victor Hugo et de la rue Sainte Catherine, des rues où ont l’habitude de se retrouver les jeunes marginalisés pour faire la manche notamment. Leur présence ancienne et habituelle n’est pas spécifiquement liée à l’implantation du CAARUD. D’autant plus que pour éviter les problèmes avec le voisinage, le personnel de la Case va régulièrement devant l’immeuble pour empêcher les usagers de stagner, en particulier s’ils sont bruyants ou alcoolisés. Il existe d’autres mesures prises notamment pour réduire les nuisances perçues : les chiens sont accueillis avec leur maître dans le local où la consommation d’alcool est autorisée un jour par semaine.

Le centre Planterose pourtant plus visible du fait de sa configuration n’est pas connu d’une partie des habitants du quartier. Malgré des similitudes sur l’offre et le type d’accompagnement, les deux structures ont un mode d’accueil un peu différent. Pour commencer, la localisation et la morphologie des lieux diffèrent : la rue Planterose est une rue assez étroite et peu passante d’un quartier populaire en cours de gentrification. Le matin, l’activité est dévolue au CSAPA, les usagers y viennent sur rendez-vous pour prendre leur TSO. Le rideau de fer est baissé, ne laissant pas deviner l’activité et il faut sonner pour entrer. Il y a alors peu d’usagers présents aux abords. L’après-midi, lorsque le centre est ouvert en mode CARRUD, ce rideau est levé. Il y a une sorte de sas entre la rue et la porte donnant sur l’accueil, celui-ci fait la largeur du bâtiment et est complètement ouvert sur la rue. C’est un espace couvert avec des sièges et des tables où les usagers peuvent attacher leurs chiens (qui ne peuvent rentrer dans le centre), discuter, boire un café  ou une bière et fumer. C’est donc un espace privé, mais ouvert sur la rue où les gens vont et viennent de la rue au sas, du sas au centre, du centre à la rue, aussi bien les usagers que les professionnels qui échangent aussi bien à l’intérieur que dans la rue.

Ensuite, au fond de ce sas, l’accueil du centre est entièrement vitré ce qui permet de voir à l’intérieur depuis la rue et le sas et inversement. Il y a une porte où il faut sonner pour passer du sas à l’accueil, mais suivant la météo, elle est souvent ouverte. Du fait de ce sas et des pratiques des usagers (qui fument et boivent des bières dans le sas ou à proximité du centre) l’accueil intérieur n’est pas très utilisé par les usagers, en particulier aux beaux jours, qui le traversent surtout pour aller à un rdv, aux toilettes, prendre une douche, du matériel ou un café. Cette ouverture physique et cette visibilité ne créent pas d’effet de frontière entre la rue et le centre. La présence des usagers aux abords du centre est plus marquée et visible qu’à la Case ou à Saint Pierre. Le personnel ne les déloge pas et n’intervient qu’en cas de bagarre entre les chiens ou les usagers ou lorsqu’ils surprennent un deal.

En plus de ces dispositifs fixes et des actions menées au sein de leurs locaux, ces deux associations ont des actions mobiles hors les murs. Elles sont ainsi dans une démarche « d’aller vers », en zone rurale dans le département pour le CEID mais aussi en banlieue et en centre-ville pour les deux structures. Le CEID fait aussi de la RDR à distance en envoyant du matériel aux personnes ne pouvant pas se déplacer. Comme indiqué plus haut, les deux associations effectuent des maraudes de rue et en squat, de manière quotidienne pour le CEID avec une éducatrice de rue permanente et bi-hebdomadairement à la Case qui effectue en plus le ramassage de seringues. Elles participent aussi au programme AERLI (Accompagnement et Education aux Risques Liés à l’Injection). Le CEID est également partenaire de la mairie dans le cadre du dispositif du Hangover café avec lequel une équipe fait de la prévention et de la RDR les soirs de week-end dans les lieux festifs de la ville, à savoir place de la Victoire de 23h à 2h puis près des discothèques à Paludate ou aux bassins à flot le reste de la nuit.

Micro-géographie et réduction des risques

Les deux quartiers dans lesquels se trouvent les CAARUD de la Case et du centre Planterose sont des espaces de vente, de consommation et de distribution de matériel de RDR. Des entretiens sont réalisés avec les professionnels des deux structures, mais j’ai choisi de cibler mon choix pour les entretiens personnels avec cartes mentales aux abords du centre Planterose car la présence de la drogue dans le quartier Saint Michel est connue par les habitants, la presse, les élus et les associations. Cet aspect me semble important car je vais interroger les habitants au sens large (aussi bien usagers que riverains) sur leurs pratiques de la ville et en particulier de cet espace, ainsi que sur leurs représentations et les émotions qui y sont associées.

J’ai ainsi décidé de recruter les personnes avec qui je mène des entretiens dans deux lieux-focus s’emboîtant à deux échelons : un espace micro de consommation (la structure de RDR Planterose) qui se trouve au sein d’un plus grand espace où ces pratiques existent (le quartier Saint Michel/Capucins). En plus de la présence de stupéfiants (vente/consommation), de l’alcool est consommé de manière visible dans l’espace public en dehors des lieux « convenus » telles que les terrasses de café, notamment devant et dans le CEID et autour de la place des Capucins.


[1] Contraction des termes anglais « chemical » (qui signifie littéralement « produit chimique » mais est aussi utilisé pour désigner des drogues) et « sex » (sexe), le chemsex désigne le fait de consommer des produits psychotropes pendant les activités sexuelles pour les rendre plus intenses et les prolonger. (source : infodrogue.be)


Citer cet article : Cecilia Comelli, "La réduction des risques à Bordeaux," in Drugs, Securities, Urban Policies, 14/01/2019, https://drusec.hypotheses.org/302, consulté le 25/01/2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.