Nous voulons plus d’hospitalité

Poster "Nous voulons plus d'hospitalité"
Projet de recherche DRUSEC, CNRS PASSAGES, ANR. Ateliers organisés en mai 2022 par Roxane Scavo, avec le soutien de La Case. Réalisation du poster : Roxane Scavo, Mélina Germes, avec le soutien de Pablo Salinas et Grégoire Le Campion. Novembre 2022.

Durant le mois de mai 2022, nous avons organisé un atelier de cartographie « ville idéale » ayant pour ambition de faire émerger la ville idéale des consommateur.ices de drogues marginalisé.es bordelais.es. Cette proposition fait écho à un réel besoin d’offre en direction des populations marginalisées qui souffrent de problèmes de salubrité tant du point de vue de leur santé que de leur dignité. À l’heure où les Salles de Consommation à Moindres Risques (SCMR) souffrent d’une timide entrée en France, malgré les constats et les évaluations nationales sur leur nécessité auprès d’une population toujours plus vulnérable ainsi que des pratiques de consommations qui évoluent (l’augmentation de la consommation de crack ou de cocaïne basée par exemple), le débat persiste. Interroger les populations concernées sur leurs besoins nous a semblé particulièrement percutant afin de comprendre la ville du point de vue de leurs expériences et de leurs usages.

Cette consultation, au-delà de son ambition pratique de restituer les besoins des personnes à la rue subissant le poids de l’addiction d’un point de vue expérientiel, a également l’ambition de revaloriser les acteur.ices marginalisé.es dans la cité en tant qu’acteur.ices politiques et expert.es des problématiques liées à la consommation de drogue

Les ateliers de cartographie participative « ville idéale » ont été initiés à Berlin en 2019 par Mélina Germes, Luise Klaus, Francesca Guarascio et Christian Herrgesell dans le cadre de la collaboration des projets DRUSEC et NUDRA [1]. Les réalisations produites lors de ces ateliers ont donné lieux à des cartes projetant la ville idéale des consommateur.ices de drogues marginalisé.es berlinois.es et les réponses qu’ils.elles ont donné.es pour une ville plus accueillante. Roxane Scavo a reproduit l’expérience en mettant en place cet atelier de cartographie participative, adapté à la ville de Bordeaux, en quatre séances de deux heures sur une semaine, avec douze volontaires [2] usagères et usagers du Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques des Usagers de Drogue (CAARUD) de la Case, situé en centre-ville. Quatre thématiques issues des précédentes enquêtes de cartographie émotionnelle réalisées à Bordeaux (voir ici et ) ont été sélectionnées, quatre thématiques au cœur de leurs préoccupations et souffrances quotidiennes : la sécurité, la santé, l’hébergement et la réduction des risques. Le but de ces séances était, à partir des problèmes des participant.es, de trouver des solutions pratiques, de participer à la planification d’une ville idéale du point de vue d’un groupe de consommateur.ices pour les consommateur.ices. Ensemble, ils.elles ont imaginé des dispositifs répondant à leurs besoins : des dispositifs de soutien leur permettant de se sentir en sécurité, écoutés, les aidant dans leurs démarches quotidiennes et répondant notamment à leur besoin d’hygiène.

Au cours de ce travail de planification urbaine, les personnes ont exprimé un besoin de solidarité, de reconnaissance, de non-discrimination, d’hospitalité, d’acceptation et de mise à l’abri dans leurs différentes manières d’habiter la ville. Chaque thématique travaillée a fait l’objet de discussions, de débats, d’indignations, de résignations, de fatalisme, de surprise d’être écouté, d’espoir d’être entendu, de bienveillance, de beaucoup de travail et de rigueur.

Roxane Scavo a reçu cinq personnes lors de chacune des quatre séances thématiques. Ces séances de deux heures se sont déroulées dans un local annexe du CAARUD de la Case à Bordeaux Bastide, autour d’un goûter, de discussions autour de la thématique du jour, de concertations des dispositifs et leur localisation sur la carte de Bordeaux.   

Chaque thématique a fait l’objet de temps de discussions faisant écho aux difficultés relevées lors de nos précédents travaux de cartographie émotionnelle. La question de l’hébergement lorsqu’on vit à la rue est essentielle et permet d’envisager l’avenir dans la sécurité d’un toit : sortie de dépendance, accès aux soins, sortie de rue, etc. La santé avec l’accès aux soins est un point crucial car vecteur de sentiments d’exclusion et de maltraitance. La thématique réduction des risques est liée aux difficultés de la consommation de drogues dans l’espace public et concerne la mise à l’abri sanitaire et physique des consommateur.ices de drogues marginalisées et des riverains exposés aux pratiques de consommation de drogue dans la rue. Enfin, la question de la sécurité du point de vue des personnes marginalisées et consommatrices de drogues qui font face à diverses violences quotidiennes du fait de leur visibilité dans l’espace public : des forces de l’ordre et des riverains par exemple.

Hébergement

La mise à l’abri est une condition essentielle à la dignité humaine. Habiter la ville n’implique cependant pas seulement un abri.

Les participant-es proposent deux types de mise à l’abri : par l’hébergement d’urgence ou par l’habitat plus pérenne. L’hébergement nocturne d’urgence est assuré dans la ville idéale par l’ouverture de places dans des espaces citoyens et associatifs comme à la Maison écocitoyenne sur les quais, dont l’espace reste inoccupé la nuit. Ou encore, avec une aire d’accueil en périphérie pour les personnes de passage qui auront la possibilité de camper à Talence. Dans le « sleep’in » (comme à Lille) quartier Jardin Public, les personnes ont un accès à un lit et aussi à des sanitaires, des lave-linges, à de la restauration et à des travailleurs médicaux et sociaux. La particularité de ce lieu est que les personnes ne sont pas contraint-es par des horaires et sont autonomes dans la préparation de leurs repas.  Un CHRS (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) supplémentaire, quartier de la Victoire permet de travailler une sortie de rue en donnant accès à des studios ou des chambres pour du plus long terme, mais aussi la possibilité d’investir des squats légalement, dans lesquels une offre culturelle s’effectue avec de l’expression artistique, par exemple à Sainte Croix, quartier Belcier et Hôtel de ville. Cet accès à des espaces d’expression est essentiel pour pouvoir s’extraire d’une routine d’usage de drogue. Ce sont des lieux où l’on doit pouvoir rester, s’investir, mais aussi ne faire qu’y passer. Enfin, les participant-es demandent à être inclus dans une vie de quartier dynamique, même lorsqu’ils. elles sont sans domicile : être convié aux fêtes des voisins annuelles et aux conseils de quartier dans lesquels leur voix politique sera prise en compte. Ainsi, les participant.es de cet atelier ont différencié plusieurs niveaux de l’habiter, et donc plusieurs besoins, tant du point de vue de l’hébergement et de l’accès à l’hygiène que de l’implication dans la cité, en tant que citoyen-nes concerné.es.

Soins

La maltraitance médicale des personnes usagèr.es de drogue est institutionnalisée et intégrée par ce public en grande vulnérabilité médicale. Les besoins en termes d’offre de soins avec du personnel formé aux problématiques des addictions et de la marginalité sont importants. Ainsi la demande d’un Centre de Soins, d’Accompagnement, et de Prévention en Addictologie (CSAPA) exclusivement pour les femmes quartier Saint Michel, encore plus vulnérables lorsqu’elles sont à la rue, a émergé. Actuellement, le CSAPA/CAARUD Planterose du Comité d’Études et d’Information sur les Addictions (CEID) ouvre le mercredi une permanence pour un public exclusivement féminin, mais la demande des participantes de l’atelier est d’élargir cette possibilité à un espace dédié aux femmes tous les jours. Quartier Saint André, les participant-es demandent un CSAPA dispensant de soins dentaires : l’accès aux soins dentaire restant onéreux et complexe dans le suivi de populations marginalisées dont la santé dentaire est très précaire. Un médi-bus qui effectue des maraudes médicales dans la ville avec un accès à des douches et des travailleurs sociaux. Ce médi-bus effectuera ses maraudes principalement rive droite (Jardin Botanique, Cenon, la Benauge) et place des Quinconces.  Pour répondre à leur statut administratif précaire et à la charge des démarches administratives permanentes, qui rend leur prise en charge médicale et sociale très complexe, ils.elles demandent une annexe administrative leur permettant d’aller consulter à l’hôpital même lorsqu’elles ont perdu leurs papiers, même lorsqu’ils.elles sont  sans-papiers ou SDF, tout en garantissant un accès aux soins facilité et anonyme (à l’aide de pseudonymes par exemple). Avec une Maison-douche place Saint Projet, les participant-es répondent au besoin d’un accès à l’hygiène, à des sanitaires propres – un espace exclusif pour les femmes est également préconisé.

Réduction des risques

Les personnes ayant recours à l’injection sont vulnérables aux risques sanitaires : elles souhaitent des Salles de Consommation à Moindre Risque (SCMR). Dans l’une, placée quartier Saint André, des personnels soignants et sociaux sont disponibles. Une salle de consommation nocturne, quartier Bastide, est également souhaitée avec une possibilité d’hébergement provisoire. Enfin, dans la ville idéale, en complément des SCMR fixes, une SCMR mobile réalise des déambulations quotidiennes, dont le parcours est connu des consommateur.ices : aux Quinconces, rue de Cursol et quartier Bastide.

Du matériel stérile de réduction des risques est à disposition en-dehors des heures d’ouverture des CAARUD et CSAPA, et sans s’exposer à de la maltraitance ou de la discrimination en pharmacie, dans des distributeurs de matériel stérile en plus de ceux déjà mis à disposition par La CASE. Ceux-ci sont positionnés dans des lieux stratégiques comme le quartier Victor Hugo, la place Saint Projet ou encore quartier Bastide. De même, des conteneurs, sortes de boîtes aux lettres colorées, sont disponibles dans la ville (quartier Sainte Croix, et Victor Hugo) afin de recueillir le matériel usagé, en complément à d’autres dispositifs de collecte de matériel usagé existants.

Les femmes participant à l’atelier ont imaginé, à l’image d’un dispositif similaire mis en place par le CAARUD de La Rochelle, un distributeur de matériel stérile, de produits périodiques et maternels, et de préservatif dans le quartier Victor Hugo.

Un besoin de sécurité et de soutien

La question de la sécurité traverse toutes les thématiques déjà abordées. Pour les participant.es, il s’agit en premier lieu de l’accès à l’hébergement et de combler les besoins essentiels des personnes SDF : manger, se laver, avoir accès à des sanitaires. Une fois ces bases posées, la question de la sécurité concerne le bien-être des personnes et la possibilité de sortir de la rue par des dispositifs périphériques : poser ses sacs dans des bagageries quartiers Stalingrad et de la Victoire, pour aller à ses rendez-vous sans porter ses valises toute la journée, de trouver un travail, etc. La sécurité implique également des interlocuteurs non-maltraitants, mais au contraire, qui sauront écouter et guider si besoin : une police formée et informée, et un.e médiateur.ice de rue en capacité de faire des maraudes bienveillantes pour les personnes les plus isolées, en particulier dans le quartier Victor Hugo. Les femmes souhaitent par ailleurs avoir accès à des cours de self-défense. Les participant-es ont ainsi bien montré que ce dont ils.elles ont le plus besoin pour être sûr-es est d’abord de dispositifs de soutien, qui concernent tant le logement, la réduction des risques et l’accès au soin, que le quotidien en général. Nous avons donc choisi de renommer cette catégorie « soutien » dans la carte finale.   

Conclusion 

Cette ville idéale, imaginée par les participant-es n’est pas utopique, elle repose sur des besoins réels et expérientiels. C’est une ville hospitalière, juste et répondant aux besoins de mise à l’abri, d’offre d’hygiène et de réduction de risques. À partir des dispositifs existants à Bordeaux, l’offre ici est adaptée et développée en nombre suffisant à l’échelle de cette grande ville.

Ces ateliers ont permis de repositionner les participant-es en tant qu’acteur.ices, sujets politiques et expert.es de leurs conditions de vie.  Les équipements et aménagements imaginés et demandés sont ceux qui sont estimés les plus nécessaires, guidés par le souhait de vivre ensemble, d’avoir une place.  Les dispositifs présentés ici sont élaborés à partir des connaissances, des expériences, et des trajectoires biographiques de personnes concernées par ces différentes problématiques, en pensant à elles et eux-mêmes, mais aussi à la tranquillité de toustes.

À Bordeaux, les tentatives d’installation d’une salle de consommation à moindres risques entamées depuis 2016, n’ont toujours pas abouti en novembre 2022 malgré les besoins de mise à l’abri, d’accès aux soins et de tranquillité publique. Cet atelier a montré à quel point l’ouverture d’une SCMR est cruciale, non pas en tant que solution miracle, mais comme un dispositif parmi d’autres, plus petits, plus spécifiques et ciblés.

Par ailleurs, il montre la capacité d’imagination politique et de planification des usager.ère de drogues marginalisé.es pour le bien commun. Leur inclusion dans les débats et réflexions politiques est non seulement possible, mais nécessaire. Il est crucial d’inclure les premièr-es concerné-es au cœur du débat sur la réduction des risques liés aux usages de drogues en général et sur les SCMR en particulier.

[1] https://drogenalternativeplanung.files.wordpress.com/2020/08/f1-drogenkonsum_mit-legende.jpg ; https://narcotic-archive.org/s/archive/page/ideal-cities

[2] Les volontaires sont indemnisés en chèques service d’une valeur de 16 euros pour chaque participation de deux heures. Nous les avons recrutés sur place grâce à la Case qui a fait un travail de présentation de l’atelier aux personnes fréquentant le CAARUD.



Cite this blog post
Roxane Scavo (2023, January 18). Nous voulons plus d’hospitalité. Drugs, Securities, Urban Policies. Retrieved May 18, 2024, from https://doi.org/10.58079/nx1k