La ville vécue des usagè.re.s de drogue marginalisés de Bordeaux

Dans ce billet de blog, je vous présente les premiers résultats issus de neuf cartographies émotionnelles réalisées auprès de consommateur/ices de drogues marginalisé.e.s rencontrés au CAARUD de La Case à Bordeaux. Les entretiens semi-directifs d’une heure en moyenne ont été menés par Roxane Scavo avec sept hommes et deux femmes qui ont dessiné des cartes mentales de leur espace de vie et émotions associées à ces lieux.

Suite à ces entretiens et à leur analyse nous avons réalisé un collage de citations des cartes dessinées et des transcriptions d’entretiens. Ce collage, préservant l’anonymat, présente une visualisation d’ensemble des vécus urbains des usagè.re.s de drogues marginalisés à Bordeaux et des émotions associées aux lieux habités, fréquentés, aux pratiques et usages de la ville, aux acteurs rencontrés et aux trajectoires.

La ville vécue des usagèr.e.s de la CASE à Bordeaux
Collage : Roxane Scavo et Mélina Germes

L’analyse des résultats obtenus en cartographie émotionnelle sur l’ensemble des terrains (Berlin, Francfort, Munich, Nuremberg et Bordeaux), nous a permis d’identifier neuf thématiques principales que nous avons désignées ainsi : ‘Consommer dans la rue’, ‘dormir à la rue’, ‘se faire soigner’, ‘travailler’, ‘en prison’, ‘avec la police’, ‘dans les lieux d’accueil’, ‘en famille’, ‘salle de consommation’. Les collages réalisés pour chaque ville reprennent ces mêmes thématiques, dans un but de comparabilité.

A chacune de ces thématiques sont associés des extraits d’entretiens et de dessins de cartes, sous une forme d’îlot en gris foncé. Ces îlots ont été disposés sur un fond de carte gris clair représentant la topographie des lieux les plus fréquentés par les personnes interrogées à Bordeaux.

Une différence notable de ce collage bordelais par rapport aux collages de Berlin et de Francfort, est l’exception que constitue l’îlot en blanc ‘pour une salle de consommation’ : s’il n’y a actuellement à Bordeaux aucune salle de consommation (contrairement à Francfort et Berlin), celle-ci semble vivement souhaitée.

Légende des émotions utilisée lors des entretiens

                                      

1- Topographie de Bordeaux autour des rues d’un hyper centre limité

Dans leurs routines quotidiennes, les usager.è.s rencontré.e.s privilégient l’hypercentre de Bordeaux : les axes de la rue Sainte Catherine et du cours Victor Hugo, ainsi que les quartiers principaux du centre-ville proche de ces deux axes : Saint Michel et Capucins, Porte de Bourgogne, Saint Pierre, la Victoire, Pey Berland. Les pratiques spatiales rapportées en entretien montrent comment ces espaces sont différenciés par rapport à leur fonction : la manche a lieu au Nord, rue Sainte Catherine qui est un axe très commerçant et donc de fort passage ; puis la « zone » qui consiste à se rassembler dans un entre-soi, entre pairs se trouve cours Victor Hugo ou Place des Capucins au Sud par exemple ; ou encore les associations ressources sont à St Michel ou dans le quartier de la Grosse Cloche.

2- Des lieux de manche très localisés

Les pratiques de manche (mendicité) présentent des habitudes très marquées. On observe une routine des horaires de travail, des habitués, mais aussi des lieux fortement appropriés. Certains endroits paient mieux que d’autres, ainsi les territoires de manche sont inscrits et certaines zones très convoitées.

Le rapport à la manche des personnes rencontrées est assez ambivalent : les émotions liées sont marquées positivement avec un peu de dégoût néanmoins. Cette ambivalence est notable à propos du rapport avec le public : les personnes racontent les générosités ritualisées avec les client.e.s habitué.e.s, mais aussi les violences et insultes quotidiennes et l’injonction : « Trouve toi un travail ! ».

Les récits de manche donnent lieu en entretien à des narrations qui sont de vraies mises en scène de soi, de son histoire et des raisons de la quête pour amadouer le passant.

3- L’importance du « chez-soi » des SDF, aussi précaire soit-il

Plusieurs types d’hébergement sont mentionnés dans des entretiens : les squats, l’hébergement provisoire chez des proches, les foyers CHRS via le 115 (à la nuitée), des habitats précaires en périphérie, une cachette dans un recoin des quartiers peu fréquentés la nuit, ou encore des pratiques consistant à dormir en groupe devant des bâtiments publics ou des parkings, ou à dormir seul dans un recoin à l’abri des regards et des ennuis. Une personne seulement parmi les neuf rencontrées vit en appartement. Ces modes d’habitat s’inscrivent dans la précarité et la courte durée. Les personnes rencontrées sont habituées à devoir bouger leurs affaires d’une minute à l’autre pour trouver un autre moyen et endroit où s’installer.

En revanche, une fois l’installation provisoire faite, toutes parlent de leur maison, de leur chez-soi. Il s’agit ici non seulement d’un endroit de repos nocturne, mais aussi un endroit de ressources. Beaucoup évoquent également leur insertion dans une vie de quartier : être reconnu, un habitué pour les voisins, les commerçants. La routine de bon voisinage, le fait d’« être adopté » des voisins joue un rôle important. Ainsi les émotions émergeant des cartes et concernant le fait d’habiter dans la rue sont, étonnamment, et en contraste avec les résultats obtenus dans les autres villes, toutes positives. Elles sont positives non pas du fait de dormir à la rue ou dans un habitat précaire, mais du fait que les personnes ont construit un cocon, un « chez-soi », un endroit à soi dont ils et elles sont les habitant.e.s à part entière. Leur but est de pérenniser autant que possible cette bulle dans la durée : nettoyer les lieux, éviter les ennuis avec la police, y limiter le nombre de personnes afin de garder une tranquillité, se cacher de possibles agresseurs.

4- Le repère du clan et de la famille

Lorsqu’on est consommateur/ice de drogue, la vie avec d’autres, en communauté, ou l’entretien de relations durables est complexe du fait de l’addiction. Celle-ci prend beaucoup de place tant dans le quotidien que dans le rapport à l’autre. Ainsi les émotions liées à la famille sont plurielles : la famille est un endroit ressource pour ceux qui en ont une, comme un lieu de conflit très fort. Elle est aussi un lien vers la « vie normale » et l’envie de sortir de la drogue. Les liens gardés ou l’existence des parents, enfants, frères et sœurs peuvent être un facteur motivant et facilitant une sortie de l’addiction. L’existence d’une famille rappelle à la « vie normale », celle sans toxicomanie ni errance, et suscitent en même temps beaucoup de culpabilité par le fait de ne pas arriver à rejoindre cette « vie normale ».

Dans ce contexte, ce que les personnes rencontrées appellent « la zone » se révèle cruciale pour maintenir un lien social avec des pairs. Elle est ici définie spatialement et socialement : il s’agit des lieux que s’approprient des groupes de pairs et réciproquement des groupes de pairs qui sont présents dans ces lieux. Il s’agit de personnes en errance, plus ou moins à la marge de l’emploi et sans habitat stable, partageant les mêmes pratiques, une même culture, avec des moyens d’identification communautaire permettant la reconnaissance rapide des sien.ne.s. Les rites de contrebande et les valideurs identitaires par les pairs sont ceux du look des personnes, de leurs trajectoires et de leurs consommations de drogues et d’alcool. La figure du « punk à chien » en est un exemple. La zone est comparable en un sens à la place du village, on y vient se tenir aux nouvelles, dealer, s’entraider, rigoler, picoler, s’embrouiller, etc.  Ainsi les entretiens ont montré l’existence de plusieurs spots de zone déjà anciens, cours Victor Hugo ou place des Capucins.

5- Les lieux d’accueil des usagèr-e-s de drogues : un repère, une matrice, un point d’ancrage

Les lieux d’accueil (CAARUD et CSAPA) sont des repères fondamentaux pour les usagèr.e.s. Ils sont des lieux ressources, dédiés à leurs problèmes d’addictions dans leur globalité, mais aussi aux questions sociales, à la santé. Ce sont des lieux d’écoute, d’apaisement, de soins, où des travailleurs sociaux sont présents pour les aider dans leurs démarches.  Ils s’y lavent, ils y lavent leur linge, prennent un café, discutent et échangent. Ainsi toutes les émotions identifiées sur ces lieux sont très positives comme la tranquillité et le bonheur, ce qui reflète l’importance des ressources qu’ils représentent.

6- Justice, police et prison : une étape des parcours

Avec la police, les rapports sont décrits comme « cordiaux » ou d’évitement. Toustes sont connu.e.s par les forces de l’ordre du fait qu’ils et elles habitent dans l’espace public. Toustes tentent de maintenir ces rapports cordiaux pour éviter les ennuis. La plupart des participant.e.s ont (eu) des problèmes avec la justice ou ont fait de la prison. C’est avec la police municipale que les rapports sont plus tendus, même si celle-ci n’a pas les prérogatives de la police nationale et ne peut qu’inviter les personnes présentes dans un lieu public précis à se déplacer au nom de la tranquillité publique selon les arrêtés municipaux en vigueur.

7- Santé : exclusion, maltraitance

Les rapports avec le corps médical et à leurs santés varient selon les interlocuteurs et leur parcours de soins.  Ainsi les CSAPA/CAARUD sont fréquentés pour l’échange de matériel, les petits soins, l’écoute, le dépistage de maladies et la prise de traitement, les pharmacies qui acceptent d’en vendre pour l’achat de matériel neuf si les prix sont corrects ou pour y poser sa Stéribox. Les émotions liées à ces institutions sont plutôt positives. Elles deviennent négatives lorsque les personnes ont de plus gros problèmes de santé et qu’elles doivent se rendre ou séjourner à l’hôpital.

L’accueil par les médecins de ville ou les hôpitaux est anxiogène : les personnes se sentent maltraitées par les instances de santé, parfois rejetées ou vont faire l’objet d’examens approfondis selon l’interlocuteur. La plupart choisiront la fuite mais restent en quête de l’écoute de la part des instances de santé. Elles ont fait l’expérience répétée en étant toxicomanes de stigmatisations très brutales. Elles se sentent peu écoutées ou sont mises en relation avec la police pour la consommation de drogue. Le rapport au corps et à la douleur est de fait impacté par le manque d’écoute, de prise au sérieux, ou par des soins arbitrairement ou brutalement réalisés. Elles vont attendre le dernier moment pour se faire soigner lorsque c’est grave, ainsi les conséquences directes sur la santé des personnes se font ressentir. Elles espèrent une prise au sérieux de la toxicomanie par le système médical dans sa globalité comme maladie et non pas comme une tare. Ce manque de considération est raconté en entretien comme une perte de sa propre humanité.

8- Un besoin de lieu de consommation : une vulnérabilité et une mise en danger constante de l’usager de drogue.

Consommer dans la rue constitue un des plus grands risques quotidiens auxquelles les usagè.re.s sans domicile doivent faire face tant du point de vue sanitaire que du rapport à soi et aux autres, notamment en situation d’injection ou de consommation de crack : le dégoût de soi, le regard des autres, la peur de se retrouver face à des enfants, les violences physiques et verbales des passants, l’insalubrité des conditions (consommation dans des toilettes publiques, un parking, une cage d’escalier, seringues laissées sur place…) sont autant de mise en danger de soi et des autres que la consommation de drogue elle-même. Les personnes cherchent à se mettre à l’abri des regards dans des recoins car elles n’ont pas d’autre choix que celui de consommer dehors mais elles y sont en position de grande vulnérabilité. Les émotions signifiées sur les cartes sont pour la plupart négatives, le plaisir ou le soulagement de consommer disparait très vite pour faire face à la nécessité de consommer et aux violences récurrentes.

Toustes expriment leur besoin de consommer dans un espace sécure afin de se prémunir de ces violences, des maladies mais aussi du risque de décès liées aux overdoses et à l’insalubrité des conditions d’injection.

Conclusion

Cartographie émotionnelle et collage livrent une analyse sur le vécu des usagèr.e.s de drogues marginalisé.e.s à Bordeaux. Ils et elles occupent effectivement l’espace public, à plusieurs titres. Occuper un espace signifie d’abord le fait d’y habiter, d’être présent.e ; cela signifie également s’occuper par des pratiques tenant compte des contraintes liées à la consommation et à la marginalisation : y dormir, y zoner, fréquenter des  lieux d’aide. Elles sont occupées toute la journée sur un territoire déterminé par leur situation sociale, leur précarité et leur consommation. Dès lors une routine spatiale et quotidienne très contraignante et tout à fait rodée est mise en place par les personnes du fait même de leurs addictions et de leur précarité. Cela ne les empêche pas de se sentir chez soi dans les différents lieux du quotidien: habitats précaires, enjeux territoriaux des lieux de manches, hygiène élémentaire dans les lieux d’aide.

L’espace urbain habité est très circonscrit. Il est lié à un quotidien routinier lié lui-même à la consommation et à la rue, qui peut être interrompu par des séjours en cure, à l’hôpital ou en prison.

A l’issue de cette étude, la nécessité d’une salle de consommation à moindre risque est d’autant plus importante pour se prémunir des dangers d’une consommation extérieure et des violences qu’elle comporte, mais elle peut également être un moyen important pour soutenir et aider les personnes dans leurs addictions en permettant un suivi de proximité des consommations et des consommateurices.


1 thought on “La ville vécue des usagè.re.s de drogue marginalisés de Bordeaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.