Déconstruire le “sentiment d’insécurité” par les émotions

Le projet DRUSEC est financé dans le cadre d’un programme franco-allemand ANR/BMBF « les futurs de la sécurité en ville ». Au moment de la soumission de ce projet, nous avons défini la sécurité par rapport à notre objet de recherche – la consommation de drogue dans les espaces publics urbains – en intégrant les questions des risques de la consommation de drogue pour les usagers (en particulier la santé), le sentiment d’insécurité dans les espaces urbains où la consommation et le trafic de drogue sont présents, les risques identifiés et gérés par les institutions municipales et les forces de police.

Questionner l'(in)sécurité

De ce point de vue de criminologie critique, il est extrêmement important d’interroger la double notion de sécurité et d’insécurité. L’omniprésence de la notion de sécurité comme principe de gouvernement est récente à une échelle historique et très étroitement liée au néolibéralisme. Le néolibéralisme est caractérisé premièrement par le changement du rôle attribué à l’Etat en matière de sécurité, dont le pouvoir régalien, de police et de justice, est de plus en plus délégué et transféré à des acteurs privés, avec une diversification des interventions de l’industrie de la sécurité (armes et techniques, logiciels et données, force de travail, etc.). Une deuxième caractéristique du néolibéralisme est la création d’un sujet citoyen intrinsèquement menacé par des figures ennemies, telles que le voleur, le dealer, l’étranger, le drogué, etc.

« Peur » et « sentiment de sécurité » sont donc des notions à l’usage très répandu depuis une trentaine d’années dans les médias et les discours politiques. Le sujet uniforme de la peur comme émotion standardisée est mis en opposition à ceux qui sont vu comme une menace pour l’ordre social et les valeurs dominantes (personnes racisées, masculines, musulmanes, pauvres, etc.). Ces discours de la peur sont les occasions de renforcer le contrôle et la coercition sur de très larges groupes de population, et ce, alors même que les personnes que l’on croit les plus menaçant-e-s et que l’on s’évertue à contrôler, comme les sans-abri ou les personnes qui ont des troubles mentaux, présentent le plus fort taux de victimisation1.

La notion de sentiment de sécurité met l’emphase sur l’espace public comme un espace violent et sauvage, repoussant dans l’ombre les violences exercées dans l’espace privé et domestique. Des quartiers urbains spécifiques sont particulièrement qualifiés par le « sentiment d’insécurité » : les lieux urbains relégués, détériorés, quartiers pauvres mal entretenus par les communes, qu’il s’agisse de grands ensembles de banlieue habités par des personnes racisées ou de friches industrielles. Ce, alors mêmes que les lieux que l’on croyait les plus sûr, comme l’espace domestique pour les femmes et les enfants, sont les lieux où ils sont le plus exposé-e-s aux violences.

L’usage de ces notions est problématique en sciences sociales et particulièrement sur le terrain. Premièrement, leur mise en œuvre dans les enquêtes, les formulations de questionnaires ou de grilles d’entretien sollicitent chez les interlocuteurs des images figées, des prises de position du registre de l’opinion, aux dépends du récit d’expérience, de ses complexités et ambivalences. Il s’avère alors difficile de creuser plus loin que ce discours et cette construction politico-spatiale. On peut même dire que les enquêtes, questionnaires et sondages jouent un rôle majeur dans la construction de l’habitant en tant que vulnérable et sujet de la peur, à l’exclusion de toutes les autres émotions possibles1.

Deuxièmement, la peur est une émotion socialement construite. Nous sommes censées avoir peur de ce qui nous menace ; mais la force de l’idéologie est telle qu’elle nous fait sur ou sous-estimer certains dangers – comme le mythe qu’une femme en couple soit plus en sécurité chez elle que dans la rue, alors que les probabilités d’agression sexuelle de la part du partenaire dans l’espace domestique sont bien plus élevées. La peur est également une émotion autour de laquelle se construit la domination, dont l’un des ressorts est de dépeindre les dominé-e-s comme dangereux : sauvages racisés, femmes colériques, handicapés vengeurs, etc.

Une émotion parmi d’autres

Pour autonomiser et la pratique du terrain et les concepts de recherche de l’idéologie sécuritaire contemporaine, nous avons choisi de ne pas utiliser ces deux notions, ni peur, ni sentiment d’insécurité, sans renoncer à étudier le phénomène. Justement : de quel phénomène parlons-nous ? Comment le définissons-nous ?

Une partie de notre recherche consiste à étudier les relations entre drogue, espace urbain et (in)sécurité du point de vue de l’idéologie sécuritaire, comme construction médiatique et politique dans des contextes urbains particuliers : pour cela, nous mobilisons l’analyse de médias et la lexicométrie, les entretiens d’experts et l’étude des documents de travail dans les institutions locales.

Une autre partie de notre recherche consiste à interroger en profondeur la complexité des vécus urbains de la part de sujets urbains divers. Nous considérons tous les habitant.e.s des lieux – non pas au sens de riverains, mais au sens géographique de personnes qui sont régulièrement présentes dans ces lieux, qui y vivent, le connaissent, le parcourent, y vaquent à leurs occupations. La peur peut être un signe de dégoût et de mépris ; tout autant qu’elle peut être une crainte justifiée de perdre la vie. Pour mieux comprendre les vulnérabilités et les risques, nous privilégions le récit des expériences, en diversifiant l’éventail des émotions considérées et en situant les sujets des émotions : le malaise, le dégoût, l’agression, la tranquillité, le plaisir et le bonheur. Ces six émotions nous permettent de comprendre comment la consommation de drogue, la recherche d’un plaisir ou du soulagement du manque, la méfiance ou confiance envers le dealer, l’évitement de la police ou d’autres consommateurs et les conflits d’usage habitent un espace urbain à multiples facettes.


1 Shirlow, Peter, et Rachel Pain. 2003. « The geographies and politics of fear », Capital & Class, 27 (2): 15 26.


Citer cet article : Mélina Germes, "Déconstruire le “sentiment d’insécurité” par les émotions," in Drugs, Securities, Urban Policies, 14/12/2018, https://drusec.hypotheses.org/155, consulté le 23/09/2020

1 thought on “Déconstruire le “sentiment d’insécurité” par les émotions

  1. Pingback: La roue des émotions : construire une légende de carte mentale | Drogues, Sécurités, Politiques urbaines

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.