La cartographie émotionnelle: un outil pour le milieu de la prévention, de la réduction des risques et du soin ?

Le premier objectif du projet DRUSEC est de produire des connaissances sur les politiques urbaines de la drogue, les représentations spatiales, les savoirs spatiaux et leurs enjeux. Le deuxième objectif est de faire bénéficier les professionnels de la réduction des risques, du soin et de la prévention, de la recherche méthodologique qui a eu lieu dans le projet. Ce billet de blog présente le travail mené au sein du projet DRUSEC par Roxane Scavo et Mélina Germes avec des professionnels de la réduction des risques, de la prévention des conduites à risques et du soin lié aux addictions de Bordeaux et de La Rochelle.

L’objectif est d’expérimenter le transfert d’une méthode élaborée dans le cadre de notre recherche qualitative, sociologique et géographique, en direction d’un milieu professionnel spécialisé dans le soin, la réduction des risques et la prévention et travaillant en proximité avec des usagèr.e.s de drogues. La finalité de ce transfert est de mettre à disposition un outil qui permette aux professionnels d’acquérir un nouveau regard et de nouvelles connaissances sur l’espace urbain du point de vue des usagè.er.s.

Un outil issu de la recherche

Il s’agit de la méthode de cartographie émotionnelle qui est présentée dans plusieurs billets de ce blog. Cette méthode minutieuse et rigoureuse a été conçue par une équipe de chercheures franco-allemande et mise à l’étude sur un projet de recherche de trois années, mené dans des villes allemandes et françaises. Une des finalités de DRUSEC est de transférer des outils de diagnostic et d’analyse aux professionnels de la santé, de la prévention et de la réduction des risques, au terme de notre recherche. Nous avons travaillé sur ce transfert avec des structures bordelaises et rochelaises.

Nous avons créé et utilisé la cartographie émotionnelle pour notre travail de recherche. En mettant l’accent sur les vécus urbains des usagèr.e.s de drogue marginalisé.e.s, notre but est d’influencer les manières de faire et les politiques publiques, en leur proposant d’intégrer la perspective des usagèr.e.s de leurs dispositifs, en s’écartant d’une conception faisant d’eux une   nuisance du point de vue de la tranquillité publique. Nous sommes persuadées que la cartographie émotionnelle peut être intégrée aux pratiques professionnelles et peut permettre aux professionnels et aux financeurs d’adapter les dispositifs aux pratiques qui évoluent dans le temps et dans l’espace urbain.

Notre hypothèse est que cet outil, intégré dans le travail de diagnostic et d’analyse sur le terrain, peut contribuer à faire évoluer, localement, la prise en compte des vécus des usagers dans les politiques urbaines de la drogue, à leur donner une voix qui n’est pas audible dans les dispositifs actuels d’enquête.

Dans ce texte je vous présente premièrement les raisons de ce transfert, deuxièmement la façon dont nous avons traduit la méthode de cartographie émotionnelle en un outil, et enfin la manière dont nous avons amorcé ce transfert en partenariat avec des structures rochelaises et bordelaises.

1. Pourquoi réaliser un transfert de méthode ?

1.1 Une méthode qualitative à l’encontre des habitudes

Nous faisons l’hypothèse que la cartographie émotionnelle permet de faciliter, sinon complémenter, le travail des structures spécialisées dans le soin, la réduction des risques et la prévention des conduites addictives dans l’appui au diagnostic et la mise en place de dispositifs ciblés. Cette méthodologie offre aux structures partenaires une vision systémique des expériences individuelles sur un territoire choisi. Le texte écrit par Elora Fahlke sur La Rochelle permet de mettre en lumière la façon dont les intervenants en prévention, réduction des risques et santé construisent leurs savoirs urbains : elle y relève l’hétérogénéité de ses savoirs, lié aux différentes méthodes d’interventions des structures spécialisées, aux différents publics ciblés, à la problématique du traitement des données spatiales récoltées par manque de temps et de finances pour les associations,… Finalement, le savoir spatial est essentiellement constitué d’informations et d’opinions accumulées au cours des pratiques professionnelles. Ni systématique, ni méthodique, ce savoir pourtant riche d’expériences est difficilement partageable avec les partenaires locaux, entre institutions, et peut difficilement être mobilisé efficacement pour organiser une planification urbaine des politiques de la drogue.

La cartographie émotionnelle permet de travailler sur les savoirs détenus par les usagèr.e.s même, tout en mettant en place un changement de perspective : les vécus des usagers et usagères sont au cœur du processus d’enquête. L’espace urbain y est pensé comme un ensemble complexe, marqué par les parcours et cheminements au sein d’un système d’acteurs de l’aide sociale, sanitaire et judiciaire, de vulnérabilités, de ressources…

1.2 Un outil qui permet de nouvelles connaissances et un nouveau regard

Cette méthode de recherche sous forme d’entretiens qualitatifs a pour principe de partir de récits biographiques et géographiques des usagers et usagères de drogues afin de comprendre leur parcours dans la ville, les pratiques urbaines qui sont liées à leurs consommations, les difficultés et les ressources qu’ils peuvent rencontrer, et de faire émerger des besoins structurels. L’emphase mise sur les histoires et perspectives individuelles permet de repositionner les consommateurs et consommatrices en tant qu’acteurs et actrices dans la ville, expert.e.s de leur propre vécu et disposant d’un savoir propre – et non pas seulement en tant que nuisance d’un point de vue de la tranquillité publique par exemple, ou d’objets d’interventions publiques. Elle permet également de prendre la mesure des risques et menaces auxquels elles et ils sont confronté.e.s.

L’outil permet également de redéfinir la « sécurité », souvent pensée en termes d’ordre public comme étant celle des habitant.e.s, parfois étendue à la sphère médicale avec les risques pour la santé, et plus rarement aux risques sociaux.  Or, la sécurité physique et psychique des consommateur-trices est elle aussi en jeu : les agressions, menaces, discriminations et mauvais traitement font partie du lot quotidien. Dans cette méthode, au contraire, nous faisons place à une diversité d’émotions positives et négatives.

Dans les entretiens que nous avons réalisé selon le protocole scientifique long, les résultats montrent à quel point les salles de consommation sont nécessaires, mais non suffisantes : les discriminations subies face aux institutions (du logement, de la santé, de la sécurité, des transports) entraînant une marginalisation selon des cercles vicieux difficiles à briser. Ils montrent le besoin fondamental en logements sûrs, un accès sans restriction et sans humiliation à la médecine, ainsi l’aspiration à une dépénalisation de la possession et consommation de drogue. Ces mesures sont autant de leviers permettant une sortie de la marginalisation et sont des conditions nécessaires pour qu’un travail de fond sur la santé et la consommation de substances soit possible.

1.3 Un outil qui permet de nouvelles actions ?

La cartographie émotionnelle ouvre la réflexion et permet de mieux cibler la création de dispositifs pertinents, mais aussi de poser un regard neuf sur les politiques urbaines en tenant compte des besoins vécus des usagèr.e.s de drogue. Il peut devenir un outil de diagnostic urbain pour une vraie politique d’acceptance. Si les dispositifs d’analyse et de diagnostic existants dans les associations et les structures de soins sont nécessaires et répondent à des préoccupations réelles des politiques de santé, la cartographie émotionnelle permet de replacer la diversité des usagèr.e.s de drogue et leurs trajectoires urbaines au cœur de la méthodologie d’action dans le travail social. Pour ce faire, la mise à disposition de cet outil aux professionnels, son expérimentation et ses résultats nous permettront de mieux cerner les possibilités offertes par la cartographie émotionnelle dans un contexte de pratiques professionnelles.

Au cours des ateliers, nous avons soulevé plusieurs questions concrètes auxquelles une enquête par la cartographie émotionnelle peut apporter des réponses :

  • Identifier le besoin de nouvelles interventions (par exemple, le besoin d’une salle de consommation)
  • Identifier les espaces de la vie quotidienne et permettre de mieux localiser des dispositifs mobiles, itinérants ou fixes
  • Montrer l’interdépendance entre les discriminations liées à la consommation de drogue et à la marginalisation dans les domaines du soin, du logement, de la santé : donner des éléments d’analyse pour des partenariats avec les acteurs publics de ces champs.

2. La cartographie émotionnelle : une traduction

Le transfert consiste à traduire et transposer une méthode conçue dans le cadre de pratiques de recherche vers le monde professionnel et ses pratiques de production de savoirs et de connaissances. Si ces deux univers sont familiers de la pratique des enquêtes, les temporalités, les moyens financiers, les cultures de l’enquête et les finalités sont très différentes et nécessitent une traduction de la méthode pour en faire un outil utilisable. Cette traduction comprend l’adaptation à un autre contexte professionnel, à d’autres temporalités, à d’autres moyens financiers.  Il s’agit de montrer en quoi il est pertinent pour leurs pratiques, construire un outil pratique puis finalement de le proposer à l’expérimentation, afin de recueillir les retours de cette expérimentation et d’en mesurer les effets. Le transfert dans son déroulement permet également aux structures de se familiariser avec l’outil au fur à mesure des rencontres.

2.1 Les contextes d’utilisation de la cartographie émotionnelle

La cartographie émotionnelle permet d’étudier les pratiques urbaines liées à la consommation de drogues et d’alcool en milieu urbain. Nous avons utilisé et testé la méthode dans deux contextes.

  • Contexte des scènes ouvertes de consommation de drogue : La cartographie émotionnelle permet de visualiser les pratiques urbaines d’un public marginalisé, parfois sans domicile, leurs recours aux dispositifs de réduction des risques et ainsi de faire surgir leurs besoins en prévention et réduction des risques. Les équipes de DRUSEC ont réalisé plus d’une soixantaine d’entretiens au total, à Bordeaux, Berlin, Francfort, Münich, etc.
  • Contexte des scènes festives et nocturnes: La Cartographie Emotionnelle permet de visualiser les usages festifs de la drogue, les trajectoires festives dans la ville et ainsi de faire surgir des besoins en prévention et réduction des risques des noctambules et des riverains. Les équipes de DRUSEC ont réalisé environ une vingtaine d’entretiens à Bordeaux, Francfort et Munich.

2.2 Les principes de la Cartographie Émotionnelle

Il s’agit d’un entretien semi-dirigé accompagné du dessin d’une carte mentale représentant l’espace urbain vécu et les émotions qui y sont associées :

  • L’entretien personnel semi-dirigé avec des usagères et usagers de drogue est mené par une personne formée à l’entretien sociologique et soucieuse de l’éthique de l’entretien, avec une posture appropriée.
  • Au cours de l’entretien, la personne dessine, grâce aux indications très claires et très générales de l’enquêteur/trice, une carte mentale des lieux de son quotidien.
  • Au fur et à mesure, ces lieux du quotidien sont colorés selon les émotions associées aux lieux
  • Les cartes et les notes issues des entretiens sont ensuite analysées et comparées grâce aux tableaux fournis

2.3 Le déroulement de l’entretien et du dessin

 L’entretien n’est ni filmé, ni enregistré.

La grille d’entretien : la grille d’entretien utilisée pour la cartographie émotionnelle a été simplifiée, afin de laisser une marge de manœuvre aux enquêtrices et enquêteurs. Nous avons conservé 4 thématiques :

  • espace de la vie quotidienne et lieux importants,
  • expériences de consommation de drogue en tant qu’usager mais aussi en tant que tiers
  • émotions liées aux lieux et aux expériences
  • besoins collectifs que la personne peut identifier à travers son vécu..

La carte et sa légende : La carte permet non seulement le récit de pratiques, de vie, d’expériences, mais aussi des émotions et une compréhension subjective de l’espace vécu. Au cours de l’entretien, une carte est dessinée par l’interviewé.e. Nous proposons une légende des émotions, qui associe une couleur à chacune des six émotions. Pendant l’entretien, les symboles utilisés pour signifiés les lieux sont notés.

2.4 L’analyse des résultats

Une fois le matériau recueilli, nous proposons une méthode d’analyse simplifiée afin de faciliter et d’accélérer le travail dans l’analyse des résultats. Une série de tableaux permettant l’analyse des résultats selon la question directrice, travaillée en amont, permet de formuler des résultats sur les points communs et les différences entre les répondant.e.s selon plusieurs critères.

3. Les étapes de l’expérimentation

L’expérimentation permet aux structures d’éprouver l’outil, mais aussi de bénéficier des résultats de la cartographie émotionnelle dans un premier temps, puis d’envisager l’intégration de l’outil dans leurs pratiques sur le plus long terme. Pour ce faire, nous avons organisé plusieurs séminaires avec les professionnels de Bordeaux et La Rochelle. Les structures qui ont participé aux échanges et réflexions en vue du transfert de méthode sont à Bordeaux avec La Case, le CEID, le service d’addictologies de Charles Perrens, l’ANPAA, AIDES Nouvelle Aquitaine, la municipalité de Bordeaux, l’ARS, la MILDECA ; à La Rochelle avec la municipalité, AIDES 17, CAARUD 17, CSAPA 17, le Samu social.

Quatre séminaires ont eu lieu en 2019 à Bordeaux au cours desquelles nous avons présenté notre démarche, la méthode, ses résultats et les modalités d’un transfert de méthode et d’une expérimentation. Nous avons bénéficié des commentaires de participant.e.s pour améliorer l’outil à chaque étape. Le premier a eu pour vocation d’informer sur la démarche de DRUSEC, de présenter l’étude. Les trois suivants ont eu pour logique de proposer une première version de l’outil de la Cartographie Emotionnelle en retravaillant la maniabilité de ce même outil et une projection des structures à l’usage de ce même outil. Ce travail concerté nous a permis d’aboutir à une version de la méthodologie de la cartographie émotionnelle prête à l’expérimentation par des structures volontaires.

Suite à ces séminaires, nous avons organisé des rendez-vous d’explication de l’outil à direction des équipes de la CASE et du CEID.

En conclusion

Les structures pour la plupart fonctionnent en flux tendu. La réalisation d’enquêtes et de diagnostic est secondaire par rapport à la mission première d’aide aux usagers. Elles n’ont que très peu de temps pour réaliser ce genre d’entretiens. Prendre le temps de s’adapter à un transfert méthodologique, à une nouvelle proposition d’enquête demande du temps pour se familiariser avec l’outil, le mettre en œuvre, analyser les résultats. Pour faciliter ce transfert nous proposons un accompagnement et un soutien. L’investissement des associations, des institutions et des structures présentes dès les premiers séminaires nous laisse à penser que l’intérêt que suscite notre méthodologie chez ces différents acteurs est présent. Nous sommes enthousiastes quant à l’issue de cette expérimentation, tant du point de vue de la méthode proposée que de la synergie et la réflexion engagée autour de nos tables de travail.

Citer cet article : Roxane Scavo, "La cartographie émotionnelle: un outil pour le milieu de la prévention, de la réduction des risques et du soin ?," in Drugs, Securities, Urban Policies, 30/06/2020, https://drusec.hypotheses.org/1514, consulté le 23/09/2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.