Cartographier les espaces vécus et les émotions

Dans le cadre du projet DRUSEC, les méthodes mises en œuvre sont variées : analyse de texte et lexicométrie, observations, entretiens semi-dirigés, entretiens d’experts, cartographie, etc. L’objet de ce texte est d’introduire une méthode que l’équipe du projet a élaborée et qui associe entretiens individuels, dessin cartographique et SIG (systèmes d’informations géographique).

La méthode EMO-MAPPING

Nos enquêtes auprès des habitant.e.s* de l’espace public urbain ont pour finalité de saisir les pratiques de l’espace par rapport à la consommation de drogue et d’alcool, en essayant de saisir les émotions attachées aux pratiques, aux lieux, aux moments urbains. Dans le contexte de ce projet binational et multi-terrain qui focalise à la fois sur les consommations festives et les consommations marginalisées, nous devions mettre au point une méthode qui nous permet de mettre en perspective nos résultats dans des sites et des contextes très variés.  

1. Entretien et carte mentale : recueillir les données personnelles

Nous avons choisi de procéder à des entretiens semi-dirigés à partir d’une grille d’entretien commune,élaborée en tenant compte des multiples contextes. Pour reconstituer l’espace de vie urbain, faciliter le récit d’expériences et l’identification des émotions ressenties dans les différents contextes par chacun.e, nous avons choisi de faire dessiner aux habitant.e.s des cartes mentales au cours de l’entretien.

Les cartes mentales (à ne pas confondre avec les schémas cognitifs) sont des outils classiques de la géographie comportementale et géographie sociale. Le principe de la carte mentale est de permettre, en plus de l’expression orale, l’expression graphique des personnes qui sont au cœur de l’enquête. Selon les cadres théoriques, cet outil peut être mis à disposition d’approches méthodologiques diverses et ne constitue pas en soi un outil homogène. Du dessin sur une feuille blanche d’un atlas dessiné de mémoire informant sur la représentation toujours située et partielle de l’espace-monde,jusqu’aux annotations sur fond de carte à grande échelle où l’on dessine ses lieux préférés, en passant par différentes formes de cartographie sensible.

Dans le cadre du projet DRUSEC qui se situe à l’intersection de la géographie urbaine et de la criminologie critique, nous considérons les cartes mentales non pas comme l’émanation d’une individualité, non pas comme l’idée que l’on se fait d’un espace, mais d’un outil de représentation d’un espace de vie, des pratiques spatiales, de spatialisation des émotions et des besoins d’une personne, qui accompagne, complète et encourage l’entretien.

 L’entretien est structuré en trois parties :

  • Le récit et le dessin de l’espace de vie
  • Le récit d’expériences avec/face à la consommation de drogues et d’alcool et le dessin des lieux associés
  • L’attribution d’émotions aux lieux (coloriage et récit)

2. Méthodes d’analyse qualitatives : Analyse de texte et SIG

Une fois les entretiens enregistrés et les cartes collectionnées, se pose la question de leur analyse – au-delà de la diversité des parcours individuels, il nous faut trouver des outils pour mettre en valeur points communs et différences, conflits et synergies, entre les habitant.e.s selon leurs groupes sociaux, leurs pratiques de consommation, leur genre, etc., tout en les localisant.

Alors que l’analyse qualitative de texte se généralise depuis plusieurs années, permettant un référencement systématique de thèmes récurrents grâce à des programmes d’analyse textuels et des méthodes de codage adaptées à chaque problématique de recherche, il est beaucoup plus rare de trouver des méthodes proposant l’analyse qualitative systématique de cartes mentales. Inspirées par les méthodes de SIG qualitatif (système d’information géographique qualitatif), nous avons mis au point une méthode commune. Les SIG sont à l’origine destinés à la géolocalisation, formalisation, quantification et calculs à partir de données spatiales. Les méthodes de « SIG qualitatif » détournent ces outils pour géolocaliser des données spatiales qualitatives et jouer sur les visualisations, par exemple grâce aux superpositions en mille-feuille des données. Ainsi, nous géolocalisons les éléments dessinés dans les cartes mentales afin de pouvoir comparer les espaces vécus, les pratiques de consommation et les émotions de chaque personne rencontrée dans un même espace urbain.

L’utilisation des programmes de SIG et d’analyse textuelle remplissent la même fonction : mettre en ordre, faire des croisements, questionner le matériau recueilli lors de l’enquête.

Ont participé à l’élaboration de cette méthode : Mélina Germes, (Bordeaux/Berlin), Luise Klaus (Francfort), Cécilia Comelli (Bordeaux), Elora Fahlke (Bordeaux/Dijon), Iman Rankoussi.

Citer cet article : Mélina Germes, "Cartographier les espaces vécus et les émotions," in Drugs, Securities, Urban Policies, 13/12/2018, https://drusec.hypotheses.org/119, consulté le 23/09/2020

1 thought on “Cartographier les espaces vécus et les émotions

  1. Pingback: La réduction des risques à Bordeaux | Drogues, Sécurités, Politiques urbaines

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.