Drogue et sécurité à Bordeaux : des mesures à destination des résidents et des consommateurs

Introduction

Dans le cadre du projet, nous sommes partis du constat que la drogue et l’alcool sont construits comme des enjeux de sécurité. Nous considérons ce terme de sécurité comme polysémique. En effet, il recouvre à la fois une idéologie néolibérale à l’œuvre dans les processus de revitalisation des villes que les élus cherchent à aseptiser et à rendre inoffensives (R. Sennett, 2009), les risques sanitaires qui peuvent être engendrés par la consommation de produits psychoactifs et enfin, la vulnérabilité des usagers de drogues les plus précaires. Avec Elora Fahlke, nous avons décidé d’étudier sur nos terrains d’enquête que sont La Rochelle et Bordeaux, les différentes mesures sécuritaires mises en place dans le cadre des politiques de la ville liées à l’usage de drogues ou ayant un impact sur les consommateurs.

Nous avons ainsi, en 2018-2019, recensé et analysé ces différentes mesures par des lectures, des observations et des entretiens avec les professionnels et les usagers. Ainsi, certaines mesures ciblent le trafic, d’autres cherchent à améliorer la santé et les conditions de vie des usagers tandis que d’autres agissent plus sur le sentiment de sécurité des résidents, parfois au détriment de la sécurité des consommateurs. Ces mesures découlent soit du plan national de mobilisation contre les addictions qui concernent huit ministères différents (Affaires sociales et santé, Intérieur, Défense, Justice, Agriculture et alimentation, Education nationale, Enseignement supérieur et recherche, Action et Comptes publics, Economie et finance), soit du code pénal pour ce qui relève de la tranquillité publique.

L’objet de ce billet de blog est de présenter l’effet que peuvent avoir ces mesures visant à améliorer la sécurité physique et ou sanitaire des habitants. Pour cela, après une présentation rapide du contexte législatif français, je m’appuierai sur un panel de mesures déployées à Bordeaux, à destination des consommateurs et des résidents pour montrer que les objectifs sécuritaires, souvent en partie atteints, peuvent avoir des effets contradictoires. La mise en sécurité des uns pouvant accentuer la mise en danger des autres.

1/ Un plan gouvernemental sécuritaire et sanitaire dans un cadre prohibitionniste

En matière de drogue la législation française s’inscrit dans une démarche plus large, au niveau européen et mondial, et est cohérente avec les orientations définies au niveau supranational, notamment par L’ONUDC (office des Nations Unies contre la drogue et le crime) et l’UE. Elaborée au niveau national par la Mildeca (mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives), cette politique est présentée dans le plan national sus-cité qui a été revu en décembre 2018 pour la période 2018-2022 et qui décline les différents axes à mettre en œuvres sur l’ensemble du territoire. Il s’agit d’une politique interministérielle axée sur le sanitaire et le sécuritaire dont l’objectif est d’améliorer la sécurité de tous. Cette politique, qui s’appuie sur le modèle des quatre piliers développé originellement en Suisse, est composée d’un ensemble de mesures qui vont de la prévention à la répression en passant par la prise en charge des usagers. Elle est mise en œuvre par différents acteurs selon l’échelon, le type d’action, le but et le public visé. Elle vient compléter l’arsenal législatif existant qui régule, entre autres, l’utilisation des espaces publics par tous les types d’usagers. Nous verrons plus loin que ces mesures peuvent parfois accentuer les difficultés des populations les plus vulnérables.

La politique française concernant la drogue est considérée parmi les plus répressives d’Europe occidentale. Notamment pour des raisons de sécurité individuelle et publique, il est interdit de produire, posséder, consommer ou faire le commerce des produits psychoactifs classés comme stupéfiants, quelle que soit la quantité. Tout comme il est interdit de présenter ces produits, y compris le cannabis sous un jour positif, ce qui peut rendre compliqué le débat sur la légalisation par exemple et limite les prises de positions militantes. Cette prohibition, largement considérée comme un échec par les spécialistes (Jauffret-Roustide et Granier 2017), entraine la criminalisation et donc l’interpellation de milliers de personnes pour usage simple chaque année. Cependant, si les usagers de drogue sont des délinquants aux yeux de la loi, ils sont également considérés comme des malades à prendre en charge. Ainsi, ce plan gouvernemental comporte un volet sanitaire qui est renforcé depuis les années 90 et l’épidémie de VIH. L’Etat mène désormais une politique dite de réduction des risques (le 4ème pilier) dont le but n’est pas d’empêcher les consommations, mais que celles-ci se fassent dans les conditions les moins risquées.

Au niveau local (ville, région) ce sont principalement les agences régionales de santé (ARS) et les préfectures qui sont chargées de faire appliquer ces directives, notamment via le financement de mesures concrètes. Ces actions nombreuses et variées n’ont pas toutes été étudiées dans le cadre du projet qui ne s’intéresse pas, par exemple, à la dimension internationale du trafic. Dans une approche de micro-géographie, nous avons ciblé notre étude sur les actions visibles et ayant un impact presque quotidien au niveau local pour les habitant.e.s, usager.es ou non. Il s’agit des mesures orientées soit vers la sécurité sanitaire des consommateurs, soit vers la sécurité publique des habitants au sens large. J’en présente ici un panel non exhaustif de celles qui me semblent les plus significatives.

2/ Les mesures de sécurité à Bordeaux

A Bordeaux, la prévention et la prise en charge sanitaire sont principalement déléguées aux trois CSAPA (centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie) et aux deux CAARUD (Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues) présents sur le territoire. D’autres associations d’aide aux plus démunis, usagers de drogue ou non, telles que le Samu Social ou la croix rouge interviennent également dans ce domaine. Les polices municipales et nationales sont quant à elles, les premiers maillons du volet répressif qui peut se poursuivre au tribunal. Les autres acteurs du territoire qui œuvrent pour améliorer la sécurité sanitaire ou publique (que le danger soit réel ou perçu) sont la mairie et la préfecture qui sont aussi bien dans l’accompagnement que dans la répression.

Les mesures peuvent être classées en deux catégories selon la population-cible. Il y a d’une part, les mesures qui visent à améliorer les conditions sanitaires et sociales des consommateurs, et, d’autres part, celles qui visent plutôt à rassurer les « autres » habitants réclamant une aseptisation de leurs espaces de vie où ils pourraient être au contact des consommateurs précaires souvent considérés comme indésirables.

2.1 Les mesures à destination des consommateurs

Les actions qui visent à aider les usagers de drogues ou les potentiels consommateurs le sont souvent dans une démarche d’« aller-vers » des professionnels et se composent d’un gradient de mesures qui vont de la simple information à l’accompagnement à l’injection.

Le 1er échelon dans ce gradient de la RDR (réduction des risques) est la prévention envers un public large, potentiellement consommateur dans le présent ou le futur et peut concerner l’alcool, les stupéfiants, le tabac ou la sexualité. Selon le public-cible et le type de risque abordé, ces actions se déroulent en milieu scolaire et professionnel (principalement par l’ANPAA), en milieu carcéral (la Case) ou en milieu festif (CEID et ANPAA). Les actions en milieu festif sont celle qui touchent le plus grand nombre de personne du fait d’un public-cible nombreux et accessible de manière récurrente dans l’espace public.

Les actions de RDR en milieu festif

Les actions en milieu festif visent un public très souvent consommateurs, au moins d’alcool, même si la prévention du début de soirée (entre 19h et 1h) peut s’adresser à des non-consommateurs notamment pour les informer sur les modalités d’assistance à leur pair si nécessaire. Ce 1er temps de la nuit est principalement dédié à la sensibilisation aux risques encourus et à un peu de distribution de matériel (surtout des réglettes d’alcoolémie, des éthylotests et des préservatifs, et un peu de « roule ta paille »). Ces actions sont menées lors maraudes piétonnes dans les espaces à vocation festive de Bordeaux ainsi que dans le tramway sur la ligne B entre le campus universitaire et les bassins à flots (quartier branché avec quelques boites de nuit) en passant par la place de la Victoire (lieu de concentration de bars). Les équipes « Tendance alternatives festives » (TAF) sont composées de travailleurs sociaux de l’ANPAA et de jeunes en service civique. Ils opèrent le jeudi soir dans le cadre du dispositif nommé « Soul tram » et les vendredis et samedis à pied en ville. Ces actions de prévention ciblant principalement les jeunes qui consomment de l’alcool font partie de l’opération festiv’attitude mise en place par la mairie de Bordeaux depuis 2012 suite à une série de noyade de jeunes hommes alcoolisés dans la Garonne. Les premières mesures prises ont été surtout répressives (via divers arrêtés restreignant la consommation d’alcool dans l’espace public et les horaires d’ouverture des épiceries de nuit), puis le projet de prévention a rapidement été mis en place avec deux objectifs : inciter les jeunes à une consommation « modérée » et prôner la solidarité entre pairs. La mairie participe ainsi au financement, avec l’ARS, de cette mesure mise en œuvre par une coopération entre l’ANPAA et Unis-cité (association de promotion du service volontaire). Il est difficile d’évaluer l’efficacité de ces maraudes dans l’espace public festif. Les jeunes semblent toujours autant alcoolisés en centre-ville les soirs de week-end mais il n’y a pas eu de nouvelles noyades accidentelles à déplorer.

Toujours dans le cadre de festiv’attitude, mais en ciblant le cœur de la nuit, la mairie, l’ARS, la préfecture et la métropole participent au financement d’un autre projet : le Hangover café. Il s’agit d’un dispositif mobile (un camion aménagé), garé place de la Victoire de 23h à 2h puis aux Bassins à Flot ou quai de Paludate de 2h30 à 7h. Géré par le CEID avec des animateurs de prévention et des jeunes en service civique, il œuvre à proximité de lieux festifs les jeudis, vendredis et samedis soirs depuis 2017. Sur la première partie de soirée, les thématiques alcool et sexe sont les plus présentes tandis que les équipes font plus de RDR stupéfiants et de mises à l’abri en fin de nuit à proximité des discothèques. Là encore, si ce dispositif est plébiscité par les noctambules qui sont ravis d’avoir accès à du matériel ou à un café chaud, il est difficile d’évaluer précisément son action. Il est cependant certain que des milliers de fêtards ont bénéficié de ses services, utilisé les préservatifs et les « roule ta paille » distribués.

Il existe un autre type de RDR en contexte festif, celle se déroulant en festival ou free-party. Là encore il s’agit d’« aller-vers » pour être au plus proche des usagers. Si le principe de la maraude et du stand persistent, ces actions ne se déroulent pas en centre-ville mais en périphérie, parfois assez éloignée. Les festivals de la région bordelaise sont principalement couverts par deux travailleurs sociaux du CEID qui officient surtout dans le « off », tels des pèlerins avec leur sac à dos remplis de matériel. Les free-party, qui sont des fêtes illégales, sont couvertes par l’association communautaire Techno+. Dans ces dernières, les polyconsommations et les expérimentations sont la norme et les intervenants en RDR sont des membres bénévoles de la « communauté techno ». Les bénéfices de ces actions ne sont pas mesurés mais, dans le cas des festivals, seuls les intervenants du CAARUD apportent du matériel d’injection ou pour sniffer, les organisateurs officiels font généralement appel à des associations plus généralistes qui vont proposer des bouchons d’oreilles, des cendriers de pochs et parfois des préservatifs, ce qui correspond à la demande du grand public présent.

La RDR en contexte festif apparaît comme un des axes prioritaires du plan national, c’est également une dimension qui fait partie des missions confiées aux CAARUD dans les textes officiels mais pour laquelle il n’y a pas de financement assuré. Les structures doivent donc régulièrement répondre à des appels à projet et solliciter les collectivités pour obtenir des subventions non pérennes.

Dans le cas bordelais, pour ce qui relève des actions en contexte festif dans l’hyper-centre le week-end, la volonté municipale facilite la levée de fonds et une bonne coopération avec les associations qui arrivent à répondre en grande partie aux besoins en termes de temps de présence (19h-7h), de personnels, et de lieux couverts.

En dehors de l’hyper-centre, les difficultés sont beaucoup plus marquées. En raison de la non pérennité des financements, les associations manquent de moyens, notamment humains, pour sa mise en œuvre d’autant qu’il faut du personnel disponible en dehors des horaires de bureau (le week-end, la nuit). Les services civiques qui permettent de mener une partie des actions en ville à moindre frais, ne peuvent suffire à couvrir les besoins. Les difficultés financières mettent aussi à jour une dimension morale ou de ce qui relève de la fête acceptable et pour laquelle il est possible de trouver de moyens. Ainsi s’il est difficile de trouver des financements pour faire de la RDR dans les « off » des festivals pour quelques « punks à chiens », il l’est encore plus pour les free-party. Ainsi la préfecture a décidé d’arrêter de financer la seule association qui intervient dans ces fêtes, Techno+, alors que c’est là que les consommations les plus à risque ont lieu.

Ainsi, la RDR en milieu festif, bien que ne couvrant pas l’ensemble des besoins, est faite par des bénévoles et des professionnels qui tentent d’adapter leurs actions en ciblant dans chaque espace-temps la spécificité des consommations du public rencontré.

L’aller-vers pour les usagers vulnérables

Cette adaptation des actions et de l’aller-vers se retrouvent dans les autres dimensions de la RDR. Ainsi, en plus des centres fixes, ouverts en journée qui accueillent les usagers pour la délivrance de traitement de substitution (dans les CSAPA) ou un accès à des douches, des machines à laver et de l’aide dans les démarches administratives d’accès aux droits et aux soins, les CAARUD bordelais offrent une palette de services mobiles en ville et en périphérie.

Ces mesures concernent les usagers les plus vulnérables et ceux, parfois les mêmes, ne se rendant pas dans les accueils de jour. Il s’agit des maraudes de rue et en squat dont le but est d’aller trouver les usagers où ils vivent, que ce soit les lieux où ils font la manche ou ceux où ils s’abritent (parking, squat). Ces maraudes ont pour but d’aller à la rencontre de nouveaux usagers afin de leur faire connaître les structures et les services qu’elles offrent mais aussi, pour le public connu, de distribuer du matériel et de prendre des nouvelles d’usagers qui n’auraient pas été vus depuis un moment ou particulièrement fragiles. Cette mesure vise à toucher le plus grand nombre d’usagers mais elle permet aussi aux travailleurs sociaux, principalement des éducateurs, de les connaître mieux. En effet, en centre d’accueil, certains usagers tiennent le discours qu’on attend d’eux pour s’attirer les « bonnes grâces » des travailleurs sociaux bien que le principe de l’accueil à bas seuil soit l’inconditionnalité. Ils tiennent parfois un discours moins policé dans la rue. De plus, être invité dans leur squat ou leur camion (pour ceux qui en ont) est une marque de confiance réciproque qui permet aux travailleurs sociaux et aux usagers de mieux travailler ensemble.

Preuve de cette confiance, la possibilité pour les usagers de participer au programme AERLI (accompagnement et éducation aux risques liés à l’injection) qui consiste pour le travailleur social à assister à l’injection de l’usager, sur son lieu de vie, et à discuter, juste après ou le lendemain (selon l’état et l’envie de l’usager) des éventuels risques pris et comment les réduire. Ce programme vise à mettre en évidence des idées-reçues ou des automatismes qui peuvent être sources de prises de risques sanitaires et qui pourraient être évités sans pour autant réduire le plaisir de l’injection recherché par l’usager. Il est encore trop tôt pour avoir un retour sur ce dispositif expérimental.

C’est également les rencontres dans la rue et la confiance établie qui permet aux travailleurs sociaux de proposer aux jeunes errants de moins de 25 ans n’ayant pas accès au RSA de participer au programme TAPAJ (travail alternatif payé à la journée). Ce programme, développé et expérimenté dans le précédent plan gouvernemental qui avait fixé parmi les priorités « l’insertion socio-professionnelle des usagers de drogues », permet à ces jeunes d’être payé 10 euros/heure à la fin de la journée de travail. Ce dispositif a été un tremplin pour quelques jeunes qui ont ensuite été embauchés par les entreprises partenaires. Au-delà de son objectif de (ré)insertion sociale et professionnelle, il permet surtout aux bénéficiaire de gagner de quoi se nourrir au jour le jour, sans avoir à faire la manche.

L’aller-vers pour toucher le plus d’usagers se retrouve à travers deux autres mesures que sont la RDR à distance, c’est-à-dire l’envoi de matériel par la poste et la mise en place de programme d’échange de seringue (PES) en milieu rural. 

2.2 Les mesures à destinations des résidents

D’autres mesures, qui visent surtout à réduire le sentiment d’insécurité des résidents sont mises en place. Ces dernières ne découlent pas, en règle générale, du plan gouvernemental déjà évoqué mais sont plus à l’appréciation des acteurs locaux, que ce soit les associations de RDR, la mairie ou la préfecture.

Une seule de ces mesures semble augmenter la sécurité tous, celle qui consiste à ramasser les seringues usagées dans l’espace public. Cette action a cependant deux objectifs : d’une part, éviter des blessures ou d’éventuelles contaminations aux passants qui se piqueraient par inadvertance ou aux consommateurs qui les réutiliseraient et, d’autre part, augmenter le sentiment de sécurité des résidents en ôtant les stigmates, les traces de la présence d’habitants non désirés. Ce ramassage est fait de manière hebdomadaire par des usagers (indemnisés) de La Case qui connaissent les sites d’injection (parkings, entrées d’immeuble) avec un animateur de l’association et un personnel municipal. Les résultats sont positifs en termes de participation des usagers qui augmente et de liens créés avec la mairie ou les agents des parkings publics. Concernant le nombre de seringues ramassées, les résultats sont fluctuants : il a fortement baissé entre 2016 et 2017, passant de 3400 à 1000 sur une quarantaine de sortie, mais est remonté à plus de 5000 en 2018. Cela s’explique peut-être car le nombre de seringues distribuées par la case a augmenté de près de 20% entre 2017 et 2018 pour dépasser les 150000. Sachant que le CEID en distribue à peu près le même nombre, 5000 seringues ramassées dans l’espace public pour près de 300000 distribuées, le taux n’est pas si élevé.

D’autres mesures visent également à rendre moins visible la présence des usagers précaires dans l’espace public. En effet, pour éviter les conflits de voisinage avec les riverains et surtout avec les commerçants réticents à la présence d’une association de RDR dans leur environnement proche, le personnel d’une des associations passe beaucoup de temps à empêcher les usagers de rester trop longtemps aux abords du centre afin de montrer que l’implantation d’une telle structure ne nuit pas à l’attractivité du quartier. Certains résidents du centre-ville s’étaient déjà opposés à l’installation d’une bagagerie pour SDF quelques années plus tôt ou encore à celle d’un foyer pour jeunes en errance (prodomo).

 Au-delà du contrôle sur l’espace public mené de l’intérieur par les associations, la plupart des actions de contrôle et d’exclusion sont le fait des dépositaires de l’Etat (polices municipale et nationale, préfecture). Ces derniers forcent les usagers précaires à une mobilité contrainte en multipliant les contrôles, les actions de déguerpissement de l’espace public (des emplacements de manche et des lieux de refuge que sont les parkings) et en les expulsant des squats. Ces mesures n’aident pas les usagers qui en sont la cible, au contraire elles accentuent leur vulnérabilité. Privés de lieux-refuges ils sont plus exposés à la violence, aux vols et aux viols et s’injectent dans des conditions encore plus mauvaises ; sur le plan psychologique, ils sont niés dans leur mode de vie. De plus, les interventions policières renforcent la légitimité des résidents qui pensent que leur mode de vie est illégal. Or, par exemple, le délit de mendicité a été supprimé du code pénal en 1994. Reste cependant celui de trouble à l’ordre public qui varie d’une personne à l’autre.

Ces mesures sont le fruit d’une volonté politique locale mais qui n’est en rien spécifique à Bordeaux et qui ne vise pas précisément les usagers de drogues. En effet comme le note E. Langlois (2019) : « Depuis le début des années 1990, les « zonards » et « punks à chien » occupent l’espace public et font l’objet d’une attention sécuritaire renforcée ». Bordeaux serait même plus « accueillante » que d’autres villes en mettant à disposition de tous des toilettes publiques gratuites, des fontaines à eau (réparées depuis l’expulsion des squats en pleine canicule à l’été 2019) et des bancs qui ressemblent à des bancs (!) c’est-à-dire sur lesquels il est possible de s’assoir et de s’allonger, à la différence des villes ou organismes qui font installer du mobilier urbain inhospitalier (Jouenne, 2009).

Conclusion

Parmi le panel des mesures observées à Bordeaux, j’ai pu constater que le volet préventif et sanitaire semblait atteindre en partie son but qui est d’améliorer la santé des usagers. En effet, il existe différents dispositifs fixes ou mobiles œuvrant en ce sens et touchant un grand nombre d’usagers. Cependant, les résultats restent insuffisants en raison d’un manque de moyens d’une part, notamment sur le festif qui sort un peu des clous (off des festivals, free-party) ou par manque de moyens financiers ou de volonté politique d’autre part, pour ce qui est du logement, qui est considéré comme la première étape pour que les personnes vulnérables puissent être et se sentir en sécurité avant d’envisager le reste. D’autant plus que ces personnes n’évoluent pas dans une société bienveillante vis-à-vis de l’errance. Ainsi, la stigmatisation et le rejet des personnes précaires des espaces publics ainsi que la criminalisation de la consommation de stupéfiants ne sécurisent en rien les habitants, qu’ils soient consommateurs ou non. Au contraire, ils insécurisent les usagers de drogues, en condamnant et criminalisation ceux qui sont insérés et ont une consommation plutôt récréative et en mettant particulièrement en danger les plus précaires qui, du fait de cette criminalisation et d’aucun lieu de vie sûr, s’injectent dans des conditions d’hygiène et de sécurité alarmantes.

Bordeaux reste cependant une ville relativement hospitalière pour les personnes précaires dont font partie des usagers de drogue. En effet, la mairie appuie régulièrement les associations œuvrant dans le social comme par exemple, tout dernièrement, en octroyant une aide financière à la croix rouge pour mettre en place des douches mobiles. Par ailleurs, l’ancienneté de l’implantation des associations de RDR (plus de 45 ans pour le CEID) leur confère une expérience et la confiance aussi bien des pouvoirs publics que des usagers, ce qui est particulièrement bénéfique pour la population plus spécifique des usagers de drogues précaires.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.